Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Juliana Rojas et Marco Dutra (Brésil)

"Trabalhar cansa" Sortie en salles le 11 avril 2012

Alors qu’Héléna est sur le point de louer un local pour y installer une supérette, son mari Otávio lui annonce qu’il vient d’être licencié. Héléna montera malgré tout son affaire et engagera Paula, la nièce d’une amie pour s’occuper de sa fille et entretenir la maison. Otávio vit difficilement son chômage et l’installation du commerce ne s’effectue pas aussi bien que prévu. Des produits disparaissent sans que l’on sache qui les vole, une tâche de sang s’étend sans raison sur le sol, une auréole grandissante envahit l’un des murs, un chien vient aboyer régulièrement devant le commerce. Tous ces éléments créent une atmosphère pesante qui va influer sur les rapports entre Héléna et ses proches.

Si le film a une portée sociale puisqu’il décrit le marché du travail brésilien, extrêmement concurrentiel, où la compétition entre individus crée une pression très forte, il s’intéresse aussi à l’impact négatif des rapports de pouvoir liés au travail. D’abord cordiaux, les rapports d’Héléna avec son entourage vont rapidement se durcir. Le travail à l’épicerie, source de revenus vitale pour le couple, génère chez elle un stress permanent, tandis que son mari perd peu à peu la confiance en lui. Nervosité et épuisement se lisent sur le visage des deux protagonistes qui amorcent une dérive dangereuse.

Héléna licencie son employé à peu près dans les mêmes conditions que son mari l’a été. Elle informera sans ménagement Paula qu’elle ne peut espérer trouver un travail déclaré, vu son peu d’expérience et sa situation.

Quand Otávio, à force d’échecs, finira par accepter un travail sans revenu fixe de démarchage téléphonique pour vendre des assurances vie, la seule personne avec qui il pourra dialoguer vient de perdre son travail.

Le fantastique va s’immiscer peu à peu dans ce quotidien tendu et en donner une image distordue et stylisée.

Faite de longs plans fixes, la mise en scène contribue à rendre de plus en plus étouffante la situation décrite par le film. Dans un Brésil en pleine croissance économique, deux voies sont possibles pour s’en sortir, celle de Paula ou celle choisie à son corps défendant par Otávio. La classe moyenne, qui comme Héléna, s’est brûlée les doigts à l’argent-roi, milite pour un retour à des comportements primitifs, à des pulsions animales pour sortir du lot et exister sur le marché de l’emploi.

C’est tout le sens de la scène finale.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Le déserteur »
    Quelque part dans le monde où la guerre fait rage. Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage... Lire la suite (22 août)
  • « Haut perchés »
    Une femme et quatre hommes qui se connaissent à peine se retrouvent dans un appartement au dernier étage d’un immeuble qui surplombe Paris. Ils ont en commun d’avoir tous été victimes d’un même... Lire la suite (20 août)
  • « Reza »
    Reza et Fati ont pris la décision de divorcer. La vie commune a fini par lasser Fati et Reza s’est résigné au choix de son épouse tout en caressant l’idée qu’elle reviendrait un jour ou l’autre sur une... Lire la suite (20 août)
  • « Roubaix, une lumière »
    A Roubaix, une nuit de noël. Pour le commissaire Daoud qui sillonne la ville où il a grandi, c’est la routine, voitures brûlées, altercations... Dans son service, vient d’arriver Louis Coterelle,... Lire la suite (19 août)
  • « Nuits magiques »
    Lorsqu’un producteur de films de renom est retrouvé mort au fond du Tibre, les premiers à être soupçonnés du meurtre sont les trois apprentis scénaristes qu’il avait rencontrés au cours d’un dîner et qui... Lire la suite (15 août)