Actualité théâtrale

Jusqu’au 28 novembre au Théâtre du Lucernaire

« Trahisons » de Harold Pinter

Un homme et une femme se retrouvent dans un café. Jerry est agent littéraire, Emma tient une galerie et a été longtemps sa maîtresse, son mari Robert est éditeur et c’est le meilleur ami de Jerry. Mais on est dans l’univers d’Harold Pinter et il ne faudrait pas croire que l’on va se trouver dans une banale histoire de mariage, d’adultère et d’amitié. Tout d’abord la pièce est construite en flash back avec des éclairages sur des moments clés qui éclairent partiellement les relations des personnages. A première vue tout est simple, les personnages parlent beaucoup et avec aisance et on a l’impression de relations mondaines banales. Pourtant finalement qui trahit qui ? Il reste des mystères, il y a beaucoup de non dits, d’implicite dans les dialogues ce qui excite constamment l’attention du spectateur. De plus, on part du présent et l’on va vers le passé, mais comment vérifier le passé ? Chacun en a son interprétation. De tout cela naît une tension, un suspense qui n’excluent pas l’humour bien présent dans la pièce.
C’est une pièce courte mais brillante et passionnante que Mitch Hooper, qui a été l’assistant de Harold Pinter pour la mise en scène d’une de ses pièces au Théâtre du Rond Point, met en scène ici. Pour chaque scène il a su créer un décor à l’aide de quelques meubles parfois couverts de draps blancs, qui évoquent le temps qui a passé. Mais surtout il a choisi trois acteurs qui savent donner vie à leurs personnages, simples en apparence, mais en fait complexes, avec leurs contradictions et leurs déceptions. Victor Alexis est Jerry et sait très bien en tracer les ambigüités : désir pour Emma et culpabilité vis-à-vis de Robert son mari qui est aussi son ami. Delphine Lalizout est Emma. A-t-elle envisagé de quitter son mari ? On ne sait pas, on s’interroge. Enfin Sacha Petronijevic crée un Robert lui aussi surprenant. On est séduit par la pièce et on apprécie beaucoup la performance et le talent des acteurs.

Micheline Rousselet

Théâtre Le Lucernaire
53 rue Notre-Dame-des-Champs, 75006 Paris
du mardi au samedi à 20h et le dimanche à 17h
www.lucernaire.fr
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)