Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Gaité-Montparnasse à partir du 6 septembre.

"Train fantôme" Une comédie de Gérald Sibleyras et Alex Métayer.

L’équipe du très réussi "39 marches" ouvre la saison au Théâtre de la Gaité Montparnasse avec un nouveau spectacle qui emprunte son titre au domaine de la fête foraine, annonçant frissons de frayeur et éclats de rire.

Le titre prometteur tient largement ses promesses.

Le sujet de la pièce n’est qu’un prétexte à un foisonnement de situations drôles, à une foule d’idées plus inventives les unes que les autres.

Un jeune clerc de notaire est missionné par son étude pour conclure une affaire avec le Comte Dracula dans son château des Carpates.

Qu’adviendra-t-il de lui quand on sait que son prédécesseur n’est jamais revenu du voyage ?

La grande qualité du spectacle est dans l’inventivité de la mise en scène qui entraîne la pièce entre grosse charge comique (mais même dans ce registre, le contenu et la construction demeurent tout en finesse), la comédie romantique déjantée et une certaine poésie bienvenue :

ainsi l’arrivée de nuit, dans un paysage neigeux, de la voiture qui conduit le jeune clerc au château de Dracula.

Comme dans "Les 39 marches" , les trouvailles de la scénographie, la bonne humeur générale, les astuces concernant les éléments des décors, la tonalité et l’énergie du jeu des comédiens donnent le rythme et suffisent au plaisir du spectateur.

Le rythme ne faiblit jamais et du coup, tant mieux si l’intrigue est un peu abracadabrante, si on perd parfois un peu le fil de l’histoire.

Un vrai régal. Un excellent divertissement pour enfouir, l’espace d’une heure quarante-cinq, les tracasseries de la rentrée !

Francis Dubois

Théâtre de la Gaité-Montparnasse. 26 rue de la Gaité 75 014 Paris

Location : 01 43 22 16 18

www.gaite.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)