Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Paul Vecchiali (France)

« Trains de vie ou les voyages d’Angélique » Sortie en salles le 30 mai 2018.

Une femme a-t-elle le droit d’être assez libre pour bousculer les règles de la bonne mesure en amour, de vivre sa sexualité selon ses désirs et sans retenue ?

L’Angélique de Paul Vecchiali a mené une vie sexuelle débridée, elle a rarement résisté à un inconnu attirant et à la promesse du plaisir.

Aujourd’hui, après un deuil douloureux, elle est à l’heure délicate des bilans.

Au cours de voyages en train, elle va être amenée à rendre des comptes à des voisins de banquette très différents : sa meilleure amie, son mari, ses beaux-parents, un être farfelu, un dragueur invétéré, un séducteur et une troublante dame en noir.

Et si la mort de celui qu’Angélique a aimé au milieu d’un désordre de rencontres et de moments de plaisir e été une terrible épreuve, la vie n’en continue par moins son cheminement....

Cinéma : Trains de vie

Le spectateur du film de Paul Vecchiali a pris place, pour des laps de temps variables, face à la voyageuse Angélique et à ses compagnons de voyage.

Pas une seule fois, elle ne s’absentera de l’image et d’une fois à l’autre, alanguie dans ses pensées, elle sera dans l’attente de son prochain interlocuteur.

Il faut beaucoup d’audace (mais plus prosaïquement, Paul Vecchiali parle de contraintes budgétaires) pour coincer le spectateur dans un rapport frontal et statique face à des personnages qui parlent.

Beaucoup d’audace mais sans doute aussi beaucoup d’amour pour ses personnages.

Car tout le cinéma de Paul Vecchiali est là. Il est dans le sujet qu’il aborde, souvent de façon frontale, sans précautions et circonvolutions mais il est aussi dans sa tendresse pour ses personnages et peut-être plus encore dans sa fidélité aux acteurs qu’il a convoqués pour les interpréter.

La liberté sexuelle qu’a toujours vécue Angélique et qu’elle revendique, se dit sans détours à travers des propos souvent crus où on appelle un chat, un chat et un sexe, un sexe. Cette liberté, cette façon de revendiquer le droit au plaisir charnel fait d’Angélique l’héritière de tout le cinéma de Paul Vecchiali même quand il traite d’autres sujets et de façon moins sulfureuse.

Et Astrid Adverbe, la nouvelle égérie du réalisateur qui l’interprète n’est pas loin de faire penser à toutes les comédiennes qui ont tourné dans ses films.

N’est-elle est à la fois un peu Danielle Darrieux de « En haut des marches », Hélène Surgère de « Corps à coeur » , Sonia Savange de «  Femmes femmes » , Myriam Mézières de «  Change pas de main » , Fabienne Babe....et une sorte de voisine de toutes les femmes qui ont hanté et qui hantent le cinéma vecchialien....

Et ce qui, dans «  Trains de vie  » fera mouche auprès des fidèles des films de Paul Vecchiali c’est d’y retrouver parmi les voisins de voyage d’Angélique, des comédiens fidèles au cinéaste comme Marianne Basler qu’il révéla dans « Rosa la Rose  » en 1986, Brigitte Rouan du «  Le café du Jules  » ou Pascal Cervo qu’on a souvent vu dans des réalisations issues de « Diagonale », la maison de production liée à Paul Vecchiali depuis des décennies,

A quatre-vingt-sept ans, le réalisateur a repris avec la même vigueur, la même poésie, son baluchon de faiseur d’images ; il a réalisé dans le même temps, «  Les 7 déserteurs » qu’il dédie à Jean-Luc Godard, Raymond Bernard et Samuel Fuller.

On ressort de « Train de vie », ému, bouleversé, un peu nostalgique, sur un petit nuage de cinéma....

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Voir le jour »
    Jeanne est auxiliaire de santé dans une maternité de Marseille. Avec ses collègues, elles se battent avec un emploi du temps surchargé afin de faire face du mieux qu’elles peuvent à l’accueil et à la... Lire la suite (10 août)
  • « Dawson City, le temps suspendu »
    C’est dans cette petite ville canadienne, à 500 kilomètres au sud du cercle polaire, que le conducteur d’une pelleteuse a mis au jour en 1978, lors de travaux pour un centre de loisirs, des boîtes... Lire la suite (2 août)
  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)