Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jayro Bustamante (France-Guatemala-Luxembourg)

« Tremblements » Sortie en salles le 1er mai 2019.

Pablo est l’image même de l’homme accompli. A quarante ans, pratiquant et adepte d’une église évangéliste, il est marié et père de deux enfants magnifiques. Quand il rencontre Francesco, en tombe amoureux et que la liaison est découverte, sa famille et les membres de l’église entreprennent de l’aider à se soigner et à guérir de ce qu’ils considèrent comme une passade, une simple erreur de parcours. Mais si Dieu aime les pêcheurs il déteste le péché...

Alors qu’il achevait le tournage de son film précédent «  Ixcanul » Jayro Bustamante faisait la rencontre d’un homme qui se confia à lui et l’entretint de son homosexualité. Cet aveu n’était qu’à moitié un coming-out dans la mesure où cet homme était à la fois gay puisqu’il entretenait une relation avec un autre homme, et homophobe.

Le carcan qui mettait cet homme dans cette situation contradictoire provenait du poids de la société dans laquelle il avait grandi et vécu jusque là. L’influence de son « éducation » était telle qu’elle développait chez lui, en même temps qu’il la vivait, un refus souterrain de sa préférence sexuelle.

Cinéma : tremblements

La rencontre atypique avec cet homme a questionné le réalisateur sur la manière dont au Guatemala, on considérait l’homosexualité.

L’écriture du film a commencé par des rencontres avec d’autres « Pablo ». Tous avaient suivi un traitement, avaient consulté un psy, les traitements ayant eu lieu sous la pression de la famille et de l’église appelée à la rescousse pour appuyer l’idée que l’homosexualité est une maladie dont on peut guérir. Il n’était jamais question, comme c’est montré dans le film d’aider à mieux se comprendre et s’accepter, le but étant de remettre ces brebis égarées dans le droit chemin.

Si le film aborde le problème de la découverte d’une homosexualité tardive, il questionne sur le poids de la religion et plus particulièrement de celui des courants évangélistes.

Au Guatemala, les mouvements évangélistes sont devenus la force politique majeure dans le pays et dans toute l’Amérique latine plus largement, s’installant sur une société obéissante à la règle religieuse, mais également machiste et misogyne. Ce qui est demandé à Pablo c’est de faire preuve de virilité et de sauver les apparences.

Les églises évangélistes se substituent à un pouvoir défaillant et comme c’est montré dans le film de Jayno Bustamente, c’est la paroisse qui va agir en sauveur d’un homme abandonné de tous, à qui on refuse le droit de voir ses enfants, qui perd son travail et son statut social en lui proposant un emploi même si la démarche ressemble surtout à un endoctrinement....

Si le trait narratif est parfois un peu appuyé et si le rejet du « coupable » par sa famille et par la société se fait sans préalable et d’une façon qui paraît radicale et sans appel, il faut peut-être se remettre dans le contexte pour rendre sa totale crédibilité au traitement du récit.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)