Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jean-François Davy (France)

"Tricheuse" Sortie en salles le 15 juillet

Jean-François Davy est auteur, réalisateur, producteur. Il a réalisé, jusqu’à la fin des années 70 des comédies paillardes et érotiques. "Exhibition 2" était un film enquête sur Sylvia Bourdon, "Les pornocrates" un film enquête sur la pornographie au cinéma avec Claudine Beccarie. Il réalisa aussi une trilogie érotico-comique aux titres évocateurs. comme "Bananes mécaniques", "Prenez la queue comme tout le monde" ou "Q". Mais c’est lui qui fut le producteur de "La meilleure façon de marcher" de Claude Miller.
Un trou de plus de vingt ans et, adoptant un tout autre genre, il réalise en 2005 "Les aiguilles rouges" qui racontait la randonnée disciplinaire de huit scouts au début des années soixante.
Cette fois-ci, Jean-François Davy change encore de cap et tente la comédie légère. "Tricheuse" réunissait sans doute assez d’atouts pour donner lieu à un film vif et drôle. Un casting séduisant avec en tête une Hélène de Fougerolles enjouée, le trop rare Zinedine Soualem, Valérie Kaprisky et les valeurs sûres que sont Michel Duchaussoy, Mylène Demongeot, Patrick Bouchitey ou encore Bernadette Lafont et Rufus… Une trame narrative qui lorgne du côté des scénarii des comédies américaines de Capra , Lubitsch ou Wilder dont Jean-François Davy se dit un grand admirateur et qui en vaut bien d’autres. SNES_tricheuse
L’histoire débute sur les chapeaux de roue. Une jeune avocate d’affaire promise à un bel avenir est poursuivie par un amoureux transi. Celui-ci lui demande ce qu’il pourrait lui offrir qui lui ferait plaisir. A ce moment précis, il passent devant une vitrine et elle désigne négligemment le piano qui s’y trouve. Le lendemain le piano lui est livré sous la forme d’un énorme paquet cadeau. Le livreur-accordeur est un immigré sans papiers, flanqué de deux filles adolescentes. Ils occupent en banlieue, un appartement dont ils vont devoir rendre les clés prochainement et c’est là que tout se gâte. A vouloir introduire dans ce qui aurait sans doute dû rester de la comédie pure des éléments sociaux lourds : l’esprit des jeunes de banlieue, la situation des sans-papiers, les problèmes de logement, les chocs de cultures ou la complexité des mariages mixtes, il alourdit considérablement son propos et, très vite, on sent le film hésiter. Le récit patine ou s’emballe, introduit à la va-vite des personnages nécessaires à l’évolution de l’histoire, un homme politique véreux, une femme qui veut se racheter d’avoir été une mauvaise mère et qui à traîné autrefois ses fanfreluches dans les couloirs des ambassades, une bonne copine qui se révèle traîtresse.
Il existe ici et là, dans "Tricheuse" des moments réussis qui nous font d’autant plus regretter le film qu’il aurait pu être ; un peu plus de constance dans la légèreté aurait suffi, un meilleur tri dans les bonnes intentions et surtout le tracé moins appuyé de certains personnages comme celui des deux gamines.
Héléne de Fougerolles est bien. Zinedine Soualem aussi et Mylène Demongeot nous rappelle qu’elle a été, à juste titre, une comédienne remarquée à la fin des années cinquante chez Raymond Rouleau ou Otto Preminger…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)
  • « Made in Bangladesh »
    Shimu est une jeune ouvrière qui travaille dans une usine textile à Dacca au Bangladesh. Soumise comme toutes les autres ouvrières à un rythme de travail infernal, elle décide un jour avec quelques... Lire la suite (1er décembre)