Actualité théâtrale

Athénée -Théâtre Louis Jouvet jusqu’au 14 février 2015

"Trois sœurs" d’Anton Tchekov Mise en scène Christian Benedetti.

C’est l’anniversaire d’Irina, la benjamine des trois sœurs. Le deuil du père, mort il y a un an, vient de se terminer. Les militaires habitués de la maison sont là avec des cadeaux, Verchinine, le nouveau commandant de la batterie en garnison. Natacha, la fiancée d’Andreï, le frère. Olga l’aînée, Macha et Irina les cadettes n’ont qu’un seul désir : aller vivre à Moscou, leur ville natale, y travailler et y trouver l’amour. Mais parviendront-elles à mener à bien leur projet ?

Quatre années plus tard, le rêve de Moscou s’est envolé. Les sœurs sont chassées de chez elles par Natacha et les militaires qui constituaient l’essentiel de leur vie sociale, quittent la ville…

Théâtre : 3 soeurs

Un plateau avec peu d’éléments de décor, une scénographie allusive, uniquement indicative, réduite à ce qui est utile pour jouer la pièce, laisse au spectateur le champ libre, le soin de reconstituer le puzzle, de "colorier ou de laisser en noir et blanc, ou de ne laisser que l’esquisse".

Dans la mise en scène de Christian Benedetti deux choix sont essentiels. Celui de laisser la salle éclairée pour que le spectateur ne soit pas une présence passive plongée dans le noir, mais celui qui participe à l’histoire en train de se jouer et qui, déplacé de sa fonction, puisse changer de point de vue, regarder à côté…L’autre choix est de faire parler ses personnages très vite, comme ils pensent.

Une idée qui va comme un gant au texte de Tchekov, qui devient ainsi d’une grande limpidité et révèle toute la drôlerie d’une pièce jouée généralement comme un drame.

Le phrasé des comédiens à la fois atone et paradoxalement expressif, est soutenu par une gestuelle économe mais ciselée, des déplacements hâtifs, des répliques lancées comme des flèches et des silences qui suspendent le dialogue en cours, reviennent à des "blancs" qu’on peut laisser tels quels ou remplir de son imaginaire de spectateur.

Des instants où tout peut basculer, bifurquer, des espaces livrés à la pensée pure, de transmission avec le public.

Si la mise en scène des " Trois sœurs " de Christian Benedetti est audacieuse, elle devient très vite évidente, comme l’unique façon de montrer ce texte sur un plateau de théâtre.

Magnifique performance des comédiens, tous parfaits.

Et si le phrasé heurté, précipité, saccadé fait passer à la trappe toute psychologie pour restituer au texte la "légèreté du drame", il apporte à la pièce de Tchekov, une contemporanéité étonnante, réjouissante, savoureuse

Une des belles réussites qui vient relever une saison théâtrale un peu terne.

Francis Dubois

Athénée. Théâtre Louis-Jouvet. Square de l’Opéra Louis-Jouvet, 7 rue Boudreau 75 009 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 53 05 19 19

www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)