Actualité théâtrale

Athénée -Théâtre Louis Jouvet jusqu’au 14 février 2015

"Trois sœurs" d’Anton Tchekov Mise en scène Christian Benedetti.

C’est l’anniversaire d’Irina, la benjamine des trois sœurs. Le deuil du père, mort il y a un an, vient de se terminer. Les militaires habitués de la maison sont là avec des cadeaux, Verchinine, le nouveau commandant de la batterie en garnison. Natacha, la fiancée d’Andreï, le frère. Olga l’aînée, Macha et Irina les cadettes n’ont qu’un seul désir : aller vivre à Moscou, leur ville natale, y travailler et y trouver l’amour. Mais parviendront-elles à mener à bien leur projet ?

Quatre années plus tard, le rêve de Moscou s’est envolé. Les sœurs sont chassées de chez elles par Natacha et les militaires qui constituaient l’essentiel de leur vie sociale, quittent la ville…

Théâtre : 3 soeurs

Un plateau avec peu d’éléments de décor, une scénographie allusive, uniquement indicative, réduite à ce qui est utile pour jouer la pièce, laisse au spectateur le champ libre, le soin de reconstituer le puzzle, de "colorier ou de laisser en noir et blanc, ou de ne laisser que l’esquisse".

Dans la mise en scène de Christian Benedetti deux choix sont essentiels. Celui de laisser la salle éclairée pour que le spectateur ne soit pas une présence passive plongée dans le noir, mais celui qui participe à l’histoire en train de se jouer et qui, déplacé de sa fonction, puisse changer de point de vue, regarder à côté…L’autre choix est de faire parler ses personnages très vite, comme ils pensent.

Une idée qui va comme un gant au texte de Tchekov, qui devient ainsi d’une grande limpidité et révèle toute la drôlerie d’une pièce jouée généralement comme un drame.

Le phrasé des comédiens à la fois atone et paradoxalement expressif, est soutenu par une gestuelle économe mais ciselée, des déplacements hâtifs, des répliques lancées comme des flèches et des silences qui suspendent le dialogue en cours, reviennent à des "blancs" qu’on peut laisser tels quels ou remplir de son imaginaire de spectateur.

Des instants où tout peut basculer, bifurquer, des espaces livrés à la pensée pure, de transmission avec le public.

Si la mise en scène des " Trois sœurs " de Christian Benedetti est audacieuse, elle devient très vite évidente, comme l’unique façon de montrer ce texte sur un plateau de théâtre.

Magnifique performance des comédiens, tous parfaits.

Et si le phrasé heurté, précipité, saccadé fait passer à la trappe toute psychologie pour restituer au texte la "légèreté du drame", il apporte à la pièce de Tchekov, une contemporanéité étonnante, réjouissante, savoureuse

Une des belles réussites qui vient relever une saison théâtrale un peu terne.

Francis Dubois

Athénée. Théâtre Louis-Jouvet. Square de l’Opéra Louis-Jouvet, 7 rue Boudreau 75 009 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 53 05 19 19

www.athenee-theatre.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)
  • « Marie-Antoinette »
    De Marie-Antoinette Stefan Zweig dit « Elle n’était ni la grande sainte du royalisme ni la grande « grue » de la Révolution, mais un être moyen, une femme en somme ordinaire, pas trop intelligente, pas... Lire la suite (13 septembre)