Actualité théâtrale

Au Théâtre du Rond-Point, prolongation jusqu’au 16 janvier 2010

"Trois tangos", "Tatouage" d’Alfredo Arias

"Trois tangos" (livret d’Alfredo Arias et Gonzalo Demaria, création musicale de Axel Krygier) est né du désir d’Arias de travailler avec le compositeur Axel Krygier. Le spectacle composé de trois courts sujets a pour base le triangle amoureux, mari-femme-amant. Ce sujet sans fin commence avec "Vampire en rouge bémol" qui nous transporte dans un faubourg sordide de Buenos Aires, se poursuit avec "Les poissons papillons" qui se passe sur un paquebot entre Gènes et Rio, et s’achève avec "Le rat de la contrescarpe" dont l’action se situe dans le 5ème arrondissement de Paris.
Les trois épisodes sont entièrement chantés et dansés. Ils reposent sur une chorégraphie basée sur le Tango classique.
Les amateurs trouveront leur compte avec ces courts spectacles tirés au cordeau et pleins d’humour.

A l’origine de "Tatouage", il y a l’admiration qu’Alfredo Arias (auteur du texte et de la mise en scène) porte au chanteur Miguel de Molina et à sa vie tourmentée. Cet artiste persécuté par le régime franquiste trouve refuge en Argentine. Il y rencontre Eva Peron, épouse du dictateur argentin qui le prend sous sa protection, reconnaissant en lui une sorte de double d’elle-même. Plus tard, alors qu’Eva Peron agonisera, foudroyée par la maladie, Miguel de Molina connaîtra le succès.
"Tatouage" repose sur cette rencontre et sur le mimétisme flagrant entre ces deux personnalités extravagantes, lui habitué aux lumières de la scène, elle coutumière des coulisses du pouvoir.
Le sujet qui s’inspire librement de l’histoire réelle ne pouvait que convenir à Alfredo Arias qui le conduit de main de maître en l’émaillant de musiques et de chansons de façon éclatante. Ce petit spectacle, d’apparence modeste, devient à mesure qu’on avance, une sorte de féerie pour le plus grand plaisir de l’œil, de l’oreille et de l’esprit. Les costumes sont superbes, les voix magnifiques et l’humour est là, servi par l’intelligence d’un texte qui, malgré sa crudité, reste d’une belle élégance.
C’est drôle, c’est endiablé. Ca ressemble au regard malicieux d’Alfredo Arias mais l’émotion n’est jamais bien loin. Une heure vingt de plaisir garanti.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis Avenue Franklin Roosevelt Paris 8ème
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 et sur www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)