Actualité théâtrale

au Théâtre de la Commune à Aubervilliers

"Tu tiens sur tous les fronts" Jusqu’au 21 décembre

« Tu tiens sur tous les fronts… tu ne te laisses pas faire, tu retires ce que tu dois retirer… on voit bien que tu tiens sur tous les fronts et que tu peux encore attaquer ». C’est de ce fragment de poème de Tarkos, un poète mort à 40 ans en 2004, qu’est tiré le titre du très beau spectacle qui nous est offert au Théâtre d’Aubervilliers. Dans la poésie de Tarkos la musique des mots compte plus que ce qui est dit. Il disait « je suis un poète qui sauve sa langue, en la faisant travailler, en la faisant vivre, en la faisant bouger ». Il nous interpelle avec un humour délicieux sur ces expressions que nous disons sans y penser comme se serrer la main. Ses poèmes sont des petites mécaniques où, avec finesse et humour, les mots s’enchaînent qui disent le tout et le rien, le quotidien et l’abstrait, la difficulté de vivre et d’être avec l’autre, suite de petites réflexions qui n’ont l’air de rien et touchent pourtant à la profondeur de l’être.

Tout amateur de théâtre sait bien qu’une mise en scène peut radicalement changer le regard que l’on porte sur une œuvre. Celle de Roland Auzet, ici est d’une intelligence admirable. Sur scène un piano mécanique joue une petite musique minimaliste qui accompagne les émotions, une vidéo offre des reflets et des angles inattendus, la couleur envahit la scène peu à peu, noire et blanche comme nos humeurs, rouge aussi. Mais surtout l’idée géniale a été de mettre sur scène deux acteurs, symboles d’ordre et de désordre, clown blanc et Auguste, un choc entre deux mondes. Ils sont différents mais tous deux drôles, décapants et pleins de talent. L’un, Hervé Pierre, sociétaire de la Comédie Française, parle, ressasse, lance avec virtuosité les mots qui claquent rageurs ou deviennent doux et tendres. Il se cherche, se questionne, interpelle le monde. Face à lui, ou plutôt à côté de lui, Pascal Duquenne, atteint du syndrome de Down, que le film Le Huitième Jour où il donnait la réplique à Daniel Auteuil, a rendu célèbre. Il oppose à la volubilité de son partenaire une présence souriante et muette. L’un parle, bouscule les mots, perd l’équilibre dans son fauteuil, l’autre est lourd par son silence et pourtant aérien quand il peint ou danse.

Faire jouer ensemble ces deux comédiens apporte une autre dimension à la poésie de Tarkos. La présence silencieuse de Pascal Duquenne nous interroge sur notre besoin de parler, parler pour exister. Dans son corps et dans ses déplacements il est plus imprévisible et introduit une part d’aléatoire auquel Hervé Pierre doit s’adapter chaque soir et pourtant il en ressort une merveilleuse fraternité. Quand ils viennent saluer et se prennent par l’épaule l’émotion nous étreint.

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 20h, samedi à 18h30, dimanche à 16h30
Théâtre de la Commune
2 rue Edouard Poisson, 93304 Aubervilliers
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)