Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Emily Atef (Allemagne-France-Suisse)

"Tue-moi" Sortie en salles le 25 avril 2012

La mort accidentelle de son frère et son existence monotone auprès de parents âgés ont fait perdre à Adèle le goût de vivre.

Contrainte de participer activement aux travaux de la ferme familiale, ne connaissant à quinze ans aucun des plaisirs de son âge, elle a décidé de mettre fin à ses jours en se jetant du haut d’une falaise. Mais à chaque fois, le courage lui manque.

Jusqu’au jour où elle découvre, caché dans la maison, un homme que la police recherche pour s’être évadé de la prison où il purgeait une peine pour parricide.

Adèle lui trouve un abri dans une remise et passe un contrat avec lui. Elle l’aidera à fuir jusqu’à la frontière à la condition qu’une fois hors de portée de la police, il lui promette de la précipiter dans le vide. L’homme accepte le marché.

Adèle connaît la région et les moyens de passer entre les mailles du filet de la police. Elle l’accompagnera finalement jusqu’à Marseille où son frère doit le renflouer, d’où ensuite, il embarquera pour l’Afrique. Mais tout au long du périple, ils auront eu tout le temps de se découvrir et de devenir complices.

Le sujet n’est pas neuf. Les personnages et les situations auxquelles les deux fuyards sont confrontés ne le sont pas plus et il est très vite prévisible qu’Adèle et Timo trouveront dans la présence de l’autre, une chaleur dont ils ont toujours été privés.

Timo est peut-être un individu redoutable, mais c’est aussi un homme sensible, capable d’amitié, dont les élans de générosité affleurent sans cesse.

Adèle a un caractère bien trempé et elle n’est pas, malgré son jeune âge, quelqu’un qui s’engage à la légère.

Leur longue fuite, la plupart du temps à travers bois, passe par des moments parfois difficilement crédibles, par des opportunités et des fragilités de scénario et pourtant, il se dégage de ce récit une émotion qui saisit. Est-ce la sobriété du traitement ? le peu de dialogues que compensent les regards et les gestes ? la façon souterraine dont la complicité entre les personnages se met en place ?

Il résulte de tout cela à la fois une alchimie qui tient à la façon dont la réalisatrice maîtrise son sujet, mais sans doute plus encore à la "présence" des deux comédiens remarquables.

Avec "Tue-moi", nous ne sommes ni dans l’attirance amoureuse ni dans un cas de syndrome de Stockholm, et cette mise au point narrative soutient le film de bout en bout.

La détermination d’Adèle la rend forte et pour lui, c’est le profond désir de se tirer d’affaires. Leurs projets se confondront dans un élan qui s’imposera à eux plus qu’ils ne l’auront souhaité.

Au final, un récit convaincant et attachant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)