Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Kim Seong-Hun (Corée)

« Tunnel » Sortie en salles le 3 mai 2017

.

Alors qu’il rentre chez lui pour fêter l’anniversaire de sa petite fille, un homme au volant de sa voiture est enseveli sous l’effondrement du tunnel qu’il a emprunté.

Une opération de sauvetage d’envergure est engagée qui intéresse les médias, les politiques et passionne les citoyens.

L’homme, pour sa survie avec les maigres moyens dont il dispose face aux blocs de béton qui obstruent toute issue, va faire preuve d’une résistance et d’un optimisme à toute épreuve.

Mais au bout de plus de vingt jours sans eau ni nourriture, aura-t-il survécu quand, après une erreur de localisation du rescapé, en surface, on décide d’arrêter les exercices de sauvetage ?

Cinéma : Tunnel

Contrairement aux films catastrophes qui fonctionnent en général sur un enchaînement de désastres spectaculaires, «  Tunnel » suit une direction unique, dans un lieu unique avec un personnage lambda, sans dispositions particulières pour faire face à une situation exceptionnelle, exposé à de multiples menaces inhérentes aux circonstances.

Aux scènes qui suivent les agissements du rescapé pris au piège dans un espace réduit qui limite ses possibilités, succèdent, celles qui suivent, en surface, le déroulement des étapes du sauvetage.

Alors que que dans ce genre de film, les personnes héroïques tentent tout pour protéger les leurs, le personnage prisonnier des décombres n’a d’autre mission que de veiller à sa survie, de ne pas désespérer et de garder l’espoir d’être bientôt secouru.

Le choix de situer le sinistre dans l’étranglement d’un tunnel obstrué aux deux extrémités, donne sa tonalité et son rythme à ce film « catastrophe » hors des règles du genre.

Après l’échec de l’équipe de secours, avec la décision d’arrêter les forages qui auraient pu conduire à délivrer le « prisonnier », la situation révèle l’égoïsme et la vraie nature de l’intérêt que portaient tous ceux qui s’étaient passionnés pour le fait divers.

La Corée est en tête des classements de l’OCDE concernant les décès par accident. La faute de ce triste record revient à un trop rapide développement économique du pays au cours de ces toutes dernières années.

Au rythme de « plus vite, plus vite », cette marche forcée vers les performances s’est faite au détriment de la sécurité.

Le film de Kim Seong-Hun est au final, autant une satire des institutions (politique et médiatique) qu’un drame à hauteur d’homme.

« Tunnel » est l’adaptation d’un roman et le passage à l’écran imposait de nombreuses contraintes techniques pour conduire le récit sur les chemins du suspense, de l’effroi et de l’émotion tout à la fois.

L’adaptation a nécessité un gros chantier pour donner l’apparence d’un tunnel neuf à un tunnel désaffecté.

« Tunnel » fut tourné au moment où a eu lieu la tragédie du ferry Sewol et, de manière consciente ou inconsciente, ce drame trouve un certain écho de l’histoire du film même si, dans «  Tunnel » , il n’y a qu’une seule personne impliquée.

La lente progression du récit conduit à un suspense de plus en plus saisissant qui peut se mesurer à celui des séquences finales des meilleurs films catastrophes.

On s’accroche à son fauteuil !

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Menina »
    Luisa est une fillette d’une douzaine d’années née en France de parents portugais et qui a du mal à trouver son identité. Elle est d’une étonnante maturité. Elle porte un regard incisif sur le monde... Lire la suite (17 décembre)
  • « La promesse de l’aube »
    Depuis son enfance difficile en Pologne en passant par l’épisode de son adolescence à Nice, le jeune Romain va suivre sa mère le long de son chaotique tracé professionnel. Une mère battante avec... Lire la suite (16 décembre)
  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)