Solidarité avec les syndicalistes enseignants en Turquie

Turquie : mouvement de solidarité La CA nationale réunie à Paris les 29 et 30 novembre a adopté le texte suivant :

Un nouveau pas vient d’être franchi dans la dérive dictatoriale du gouvernement avec le Président Erdogan, lequel n’hésite pas à se servir des dizaines de milliers de réfugié-es et migrant-es installé-es dans le pays comme moyens de pression afin d’exercer un chantage ignoble auprès de la Commission et des États membres de l’UE.

Suite au coup d’état avorté et à la mise en place de l’état d’urgence immédiatement déclaré après le 15 juillet, la répression avec son lot de mesures punitives en direction de celles et ceux qui sont perçus comme étant des opposants au régime va en s’accentuant. Un climat de suspicion et de terreur s’est installé dans le pays : licenciements massifs des employé-es du secteur public, mesures de suspension des fonctions exercées par ces derniers, répression syndicale. Arrestations, intimidations et interdictions de sortie du territoire surviennent quasi quotidiennement dans tout le pays.

Selon le syndicat enseignant EGITIM SEN avec lequel le SNES-FSU entretient des liens d’amitié de longue date, les enseignant-es et personnels de l’éducation, qui font l’objet d’une enquête et se retrouvent sans la moindre notification "suspendus" de leurs fonctions, ont droit à des indemnités de chômage équivalant aux deux tiers de leur salaire. Quant aux personnels licenciés, ils ne perçoivent plus la moindre rémunération et n’ont aucun moyen pour se défendre, mis à part l’aide matérielle et l’assistance juridique fournies par l’organisation syndicale.

Les pressions exercées sur le syndicat enseignant EGITIM SEN et sur ses adhérents n’a jamais été aussi forte, en raison notamment de sa défense courageuse des populations kurdes et de l’enseignement en langue kurde.
A cette répression sans précédent, s’ajoute la tendance du gouvernement de l’AKP à favoriser l’augmentation de classes non mixtes et de classes à caractère religieux (classes coraniques).

Afin de répondre aux demandes de soutien concret en matière de solidarité, le SNES-FSU soutient l’action des syndicats qui exigent la réintégration immédiate de tou-tes les salarié-es suspendu-es ou licencié-es. Il poursuit sa campagne d’interpellation des autorités françaises dont le silence est assourdissant alors que plus d’un million d’élèves et d’étudiant-es sont privé-es du droit à l’éducation en Turquie. Il sollicite, dès à présent, une audience auprès de l’Ambassadeur de Turquie en France et s’associe à l’initiative prise par le CSEE, Comité syndical européen de l’éducation en lien avec l’Internationale de l’Éducation pour mettre en place, dans les meilleurs délais, une mission de solidarité à Ankara. Il recherchera également avec la FSU et ses syndicats tous les moyens d’amplifier ce mouvement de solidarité.

Autres articles de la rubrique Solidarité avec les syndicalistes enseignants en Turquie

  • Solidarité avec la Turquie
    La dérive autoritaire du gouvernement Erdogan a franchi un nouveau cap avec l’adoption en première lecture par le Parlement d’amendements qui donnent au Président des pouvoirs illimités. Aujourd’hui,... Lire la suite (1er février)
  • Dernières infos du syndicat enseignant EGITIM SEN
    Licenciement (depuis le coup d’état avorté) de 28000 enseignants et personnels de l’éducation.8 septembre , 11300 personnels de l’éducation de plus ont été licenciés. Une campagne de répression sans... Lire la suite (Septembre 2016)