Actualité théâtrale

Jusqu’au 4 avril au Théâtre de l’Opprimé

« Un Platonov », « Trois sœurs »

Serge Lipszyc présente les deux pièces de Tchekhov, en alternance ou en intégrale, jouées par les mêmes comédiens dans un décor léger et en costumes contemporains, soulignant ainsi l’intemporalité des sentiments exprimés par les personnages. « Platonov » est la première pièce d’Anton Tchekhov, « Trois sœurs » son avant-dernière.
Platonov, c’est le dandy désabusé, jeune aristocrate ruiné qui se retrouve à 30 ans maître d’école, marié à une femme simple. Brillant, séducteur, d’une lucidité impitoyable, il se rit de la petite société qui l’entoure et qu’il fascine. Tiraillé entre l’amour de trois femmes, dans l’ennui d’une maison familiale où, sur fond de saouleries, s’agite un petit monde où l’on rit pour ne pas pleurer, il sombre dans un malaise existentiel et précipite le drame. C’est le type même du héros romantique, cynique, lucide et libre, mais incapable de sortir de sa lâcheté, du vide de sa vie et de son attirance pour l’alcool et les femmes. Autour de lui et de ses amis le monde se transforme, les changements économiques bouleversent les rapports sociaux, la conscience de l’injustice sociale et de la corruption progresse, mais leur monde reste sourd à ces évolutions.
Avec quelques chaises, un plancher de bois, des bouteilles et des lanternes, nous entrons dans le monde de Tchekhov, tout en échappant à la reconstitution Russie, fin XIXème siècle. La petitesse de la salle permet une proximité avec les acteurs, qui nous rend témoins et complices du drame. On ne peut échapper aux interrogations sur nos propres vies, ce qui souligne l’actualité de Tchekhov. Serge Lipszyc, le metteur en scène, dit : « jouer Platonov, c’est questionner le vide, miroir de nos vies. Cela doit être drôle, risible et triste à en crever ». Son pari est réussi et il donne à Platonov, avec beaucoup de finesse, toutes ses dimensions, séduction, veulerie, incapacité à s’engager et désespoir lucide. Valérie Durin donne à Anna Petrovna, la jeune veuve du Général séduction, fausse gaité et vrai désespoir. Catherine Ferri, en épouse de Platonov, apporte une douceur et un sens de la réalité qui équilibre la pièce. Mais toute la distribution mériterait d’être citée.
La même troupe, à une ou deux exceptions près, se retrouve dans « Trois sœurs ». Si « Platonov » est la première œuvre de Tchekhov, bien que tous ses thèmes s’y trouvent déjà, « Trois sœurs » apparaît comme une synthèse très achevée. Trois sœurs moscovites qui ont suivi leur père en province, continuent à y vivre après sa mort, engluées dans une vie provinciale médiocre tout en rêvant de Moscou idéalisée par les bonheurs de l’enfance. Le monde s’est rétréci par rapport à Platonov, plus de banquier ou de marchand mais un petit monde d’enseignants et de militaires qui s’interroge sur le sens de sa vie. Chacune des trois sœurs, à sa manière, est confrontée au temps qui passe, aux désenchantements et aux espoirs déçus. Là encore, c’est le sens de leur vie qui leur échappe et leur incapacité à sortir de la médiocrité de cette vie qui les plombe. Elles y sont engluées, s’en désespèrent mais restent impuissantes.

Là encore, décor réduit à quelques meubles, costumes contemporains contribuent à sortir la pièce d’une époque. Les didascalies sont lues et précisent le décor ou les costumes. Toute la troupe sert bien la petite musique de Tchekhov, dans une traduction de Serge Lipscyc et Valérie Durin. On retrouve le metteur en scène dans le rôle de Verchinine, amoureux de Macha, mais incapable de ne pas partir quand son régiment est envoyé ailleurs, tout comme Macha (Valérie Durin) est incapable de quitter son mari (Gérard Chabanier), qu’elle n’aime plus.
On peut voir le spectacle en intégrale les samedis, avec un intermède croustillant entre les deux pièces !
Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h30, dimanche à 17h.
Du 10 au 21 mars "Trois sœurs", du 24 mars au 4 avril "Un Platonov"
Intégrale tous les samedi : 16h Platonov, 20h Trois sœurs.
Théâtre de l’Opprimé
78 rue du Charolais, 75012 Paris
Réservations : 01 43 40 44 44

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)