Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Frédéric Dumont (Belgique-France-Canada)

"Un ange à la mer" Sortie en salles le 30 juin 2010

Louis vit au Maroc avec son père, sa mère et son frère aîné. Baignades, matches de foot et jeux de plages sont au programme de son existence insouciante. Jusqu’au jour où le père, de retour d’une voyage professionnel, se met à se cloîtrer dans sa chambre pour n’en plus sortir qu’à de rares occasions. Pourquoi Louis est-il le seul à qui celui-ci fait la terrible révélation de sa mort volontaire prochaine. Dès lors le garçon surveillera faits et gestes de son père, le plus souvent installé entre les branches maîtresses du citronnier. Il finira par entrer dans son univers mental et le rejoindre doucement dans sa folie…
Frédéric Dumont crée autour du sujet une atmosphère réussie d’un exil vaguement colonialiste, d’où l’autochtone est quasiment absent. A l’intensité de la lumière solaire, il préfère les imprécisions crépusculaires, les couloirs sombres et les chambres persiennes closes. Et ces éléments qui, plus que les événements eux-mêmes, accompagnent le sujet, débouchent sur un climat lancinant, vaguement nostalgique, où la joie de vivre se trouve subitement atténuée par une impression de danger latent, de vague menace.
Le père souffre-t-il de dépression ou bien est-il en train de sombrer dans la folie ? A-t-il une aversion si marquée pour les chats qui pullulent dans les rues le soir, qu’il organise des virées nocturnes pour en écraser le plus grand nombre possible, quand ils restent pétrifiés au milieu de la chaussée, aveuglés par la lumière des phares ou bien est-ce un signe de sa démence et l’occasion d’entraîner dans sa dérive, par le biais d’un jeu cruel, son jeune garçon acquis à ses caprices.
"Un ange à la mer" est un film maladroit mais dont les maladresses, les imperfections, les hésitations débouchent sur une sorte de charme second comme si le récit se décryptait derrière une transparence, une sorte de filtre, une opacité déformante. Aucun personnage de l’histoire n’est véritablement crédible. Pas plus ce père improbable, fou ou qui feint de l’être, que cette mère dans ses robes légères, épouse par à coups qui n’est pas sûre de trouver du plaisir dans les bras d’un amant ou dans ces gestes maternels, que ce jeune garçon qui s’est donné pour mission de sauver son père du suicide. Et c’est pourtant de ces personnages truqués, au contour imprécis, que naît le charme indéniable de ce film dont l’apparente maladresse ne serait alors que ruse, la meilleure façon d’intriguer le spectateur pour mieux le laisser se prendre au piège et plonger sans résister dans cette curieuse atmosphère.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)