Actualité théâtrale

Théâtre La Tempête – partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 16 décembre 2012

"Un chapeau de paille d’Italie" d’Eugène Labiche Mise en scène, Gilles Bouillon.

Le matin de ses noces, au cours d’une halte qu’il fait dans le Bois de Vincennes, le cheval de Fadinard dévore aux trois-quarts le chapeau de paille qu’une jeune femme avait accroché à la branche d’un arbre.

Or, la disparition de son couvre-chef à un endroit où elle n’avait aucune raison de se trouver va trahir l’imprudente et révéler à son mari la relation adultère qu’elle entretient avec un militaire.

Fadinard est sommé par la jeune femme et son amant de s’enquérir d’un chapeau identique en fine paille d’Italie et décoré de coquelicots, dans les plus brefs délais.

Alors que la noce attend le marié, Fadinard va vivre une série d’aventures rocambolesques alimentée par toutes sortes de quiproquos, des concours de circonstances avec l’apparition de personnages là où on n’imaginait pas les voir apparaître, d’éléments chaque fois nouveaux, qui font monter l’échafaudage du vaudeville.

Gilles Bouillon n’accorde aucun répit à sa mise en scène. Elle est très rythmée, nerveuse, haletante et si elle repose essentiellement sur le personnage de Fadinard que Frédéric Cherboeuf, joue, chante, chorégraphie avec une agilité bondissante, sans économiser les regards effarés et les apartés appuyés, elle ne laisse pas de côté les personnages annexes qui donnent leurs partitions dans la même tonalité mais sans jamais forcer la trait.

Les parties chantées apaisent le rythme à chaque fois qu’il est sur le point de s’emballer et de mordre le trait.

Il résulte un spectacle réussi qui, s’il doit beaucoup à une mise en scène "endiablée", bénéficie d’une distribution parfaite qui contrôle parfaitement des risques de sur-jeu qui auraient en pu réduire l’efficacité.

Mais là n’est pas la seule qualité du spectacle.

Elle est aussi dans des décors qui correspondent aux nécessités du vaudeville, certes, mais jouent avec bonheur sur les couleurs, les contrastes des motifs et sont à chaque changement, dans la même élégance, la même délicatesse.

Les costumes ne tombent pas plus dans le cliché. Les robes sont taillées dans des tissus discrets et lorsque le costume fait une exception, c’est quand il s’agit de la robe de mariée chargée d’un nœud difforme ou d’un jupon cerclé qui se soulève à bon escient.

La salle était comble. Le public enthousiaste et ce "Chapeau de paille d’Italie" est à mettre à l’actif du Théâtre de la Tempête dont la programmation tout en restant de qualité, sait séduire un public nombreux et friand de divertissement.

Francis Dubois

La Tempête, Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre 75 012 Paris

www.latempete.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)