Actualité théâtrale

Théâtre La Tempête – partenaire Réduc’Snes - jusqu’au 16 décembre 2012

"Un chapeau de paille d’Italie" d’Eugène Labiche Mise en scène, Gilles Bouillon.

Le matin de ses noces, au cours d’une halte qu’il fait dans le Bois de Vincennes, le cheval de Fadinard dévore aux trois-quarts le chapeau de paille qu’une jeune femme avait accroché à la branche d’un arbre.

Or, la disparition de son couvre-chef à un endroit où elle n’avait aucune raison de se trouver va trahir l’imprudente et révéler à son mari la relation adultère qu’elle entretient avec un militaire.

Fadinard est sommé par la jeune femme et son amant de s’enquérir d’un chapeau identique en fine paille d’Italie et décoré de coquelicots, dans les plus brefs délais.

Alors que la noce attend le marié, Fadinard va vivre une série d’aventures rocambolesques alimentée par toutes sortes de quiproquos, des concours de circonstances avec l’apparition de personnages là où on n’imaginait pas les voir apparaître, d’éléments chaque fois nouveaux, qui font monter l’échafaudage du vaudeville.

Gilles Bouillon n’accorde aucun répit à sa mise en scène. Elle est très rythmée, nerveuse, haletante et si elle repose essentiellement sur le personnage de Fadinard que Frédéric Cherboeuf, joue, chante, chorégraphie avec une agilité bondissante, sans économiser les regards effarés et les apartés appuyés, elle ne laisse pas de côté les personnages annexes qui donnent leurs partitions dans la même tonalité mais sans jamais forcer la trait.

Les parties chantées apaisent le rythme à chaque fois qu’il est sur le point de s’emballer et de mordre le trait.

Il résulte un spectacle réussi qui, s’il doit beaucoup à une mise en scène "endiablée", bénéficie d’une distribution parfaite qui contrôle parfaitement des risques de sur-jeu qui auraient en pu réduire l’efficacité.

Mais là n’est pas la seule qualité du spectacle.

Elle est aussi dans des décors qui correspondent aux nécessités du vaudeville, certes, mais jouent avec bonheur sur les couleurs, les contrastes des motifs et sont à chaque changement, dans la même élégance, la même délicatesse.

Les costumes ne tombent pas plus dans le cliché. Les robes sont taillées dans des tissus discrets et lorsque le costume fait une exception, c’est quand il s’agit de la robe de mariée chargée d’un nœud difforme ou d’un jupon cerclé qui se soulève à bon escient.

La salle était comble. Le public enthousiaste et ce "Chapeau de paille d’Italie" est à mettre à l’actif du Théâtre de la Tempête dont la programmation tout en restant de qualité, sait séduire un public nombreux et friand de divertissement.

Francis Dubois

La Tempête, Cartoucherie, route du Champ-de-Manœuvre 75 012 Paris

www.latempete.fr

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)