Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Hans Petter Moland (Norvège)

"Un chic type" Sortie en salles le 2 février 2011

Ulrick sort de prison après avoir purgé une peine de douze années. Son intention est de se réinsérer et de prendre un nouveau départ. Il semble avoir assez de candeur et de volonté pour y parvenir.
Chacun y met du sien. Son ancien patron, un peu mafieux, accepte de le reprendre comme mécanicien dans son garage et la logeuse qui l’héberge dans le taudis dont il s’accommode, le trouve à son goût pour satisfaire son solide appétit sexuel.

Dommage que son fils, dont la jeune compagne est enceinte, ne veuille pas imposer au futur bébé un grand père ex-taulard.
Ulrick qui s’est retrouvé en prison pour crime, n’en est pas moins un chic type. C’est un homme vaillant à l’ouvrage, bon ouvrier et qui, d’une façon générale ne rechigne pas à se plier aux exigences des autres. Mais, derrière sa bonhomie, il cache une solide détermination, semble toujours savoir où il met les pieds et se sort toujours avec aisance des situations compliquées où il est allé s’empêtrer, faute de n’avoir su dire non.
Hans Petter Moland a construit à partir du personnage d’Ulrick et des situations qui découlent de sa rencontre avec des êtres ni très malins, ni dans la fleur de l’âge, une comédie singulière, imaginant une série de gags qui surprennent d’autant plus qu’ils surviennent de façon imprévisible et qu’à quelque chose près, ils auraient pu tout autant déboucher sur des scènes dramatiques.
La haute stature de Stellan Skarsgàrd qui joue Ulrick, la force tranquille qui émane de lui, son masque imperturbable quelles que soient les circonstances, ne prédisposent aucunement le personnage au rire et ce sont les personnages annexes, tous minutieusement tracés qui, en se frottant à sa présence monolithique, créent l’incident comique.
Et toute la saveur de cette comédie naît sans doute du contraste qui existe entre un sujet somme toute cruel où interviennent des personnages ingrats, vieillissants et plutôt pathétiques, et son traitement en une comédie où jamais le trait n’est appuyé et où, surtout, chacun garde ce qu’il peut de dignité.
A l’époque de l’exactitude informatique, il reste heureusement l’erreur humaine pour perturber un peu les choses et le personnage d’Ulrick qui les a multipliées tout au long de sa vie nous vient comme une sorte de réconfort, d’exemple rassurant…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)