Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Le coin du polar.

« Un escalier de sable » de Benjamin Legrand Quand un roman noir d’anticipation percute l’actualité de la guerre.

Le titre, « Un escalier de sable », m’avait laissé rêveur. C’est sans doute pour cette (mauvaise) raison que je l’avais laissé de côté. Par hasard, je l’ai retrouvé. Il était enfoui sous une masse d’autres livres plus récents et se trouvait abandonné. Marché sur une pile de livres ressemble à un escalier de sable impossible à franchir. Un escalier en forme de mirage…

Dès les premières lignes, l’actualité vous happe. L’actualité de ce livre écrit vraisemblablement en 2011 ? Totalement. On se croirait dans un reportage sur la guerre au Mali.

Benjamin Legrand dessine un pays qui ressemble à l’Afghanistan – mais toutes les contrées où se produit une intervention militaire ressemblent à l’Afghanistan, par exemple le Mali – dans lequel a lieu une intervention « humanitaire » pour reconstruire un pont, conduite par un colonel français avec ses troupes. Il bénéficie de renforts d’autres pays, renforts un peu absents dans le paysage… Chaque détail, chaque scène rappellent l’actualité la plus brûlante. D’autant que les images, les reportages sont interdits. Comme dans le scénario imaginé par l’auteur. Une guerre sans lampions et sans caméra. Ici, c’est un « sniper » qui fait des dégâts et plombe le moral de l’armée. Des portraits de ces engagés tissent le fil de ces vies trop brèves et de cette armée pour le moins étrange.

La lutte n’est pas pour la maîtrise de l’eau – ou pour l’uranium - mais pour d’autres productions… qu’il vous faudra découvrir. Elles sont bien trouvées et toute à fait plausibles… Pour la prochaine guerre.

Un livre « noir » qui se voulait d’anticipation et se trouve au cœur d’un conflit actuel. A découvrir de toute urgence.

Nicolas Béniès.

« Un escalier de sable », Benjamin Legrand, Seuil/Roman noir .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • Jean d’Aillon
    Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire... Lire la suite (8 janvier)
  • « Power », Michaël Mention, 10/18
    Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère Robert le 6 juin 1968 et entre, celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4... Lire la suite (7 janvier)
  • Redécouvrir James Baldwin. (1924-1987)
    James Baldwin est un peu oublié ces temps-ci. Une erreur. Ses romans, ses articles restent des repères essentiels pour appréhender les États-Unis d’aujourd’hui et d’hier. La question blanche, une... Lire la suite (Décembre 2019)
  • Dans la collection 10/18, Grands déctectives
    10/18 propose, dans la collection Grands Détectives : « Les premières enquêtes de Lizzie Martin », deux en l’occurrence : « Un intérêt particulier pour les morts » et « La curiosité est un pêché mortel... Lire la suite (Décembre 2019)
  • « Les variations de la citerne », Jan Wagner
    Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère... Lire la suite (Décembre 2019)