Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Mohammad Rasoulof (Iran)

« Un homme intègre » Sortie en salles le 6 décembre 2017.

Reza, un homme paisible, mène avec sa femme directrice d’école et leur jeune garçon une vie campagnarde dans une habitation isolée. Il consacre son temps à son élevage de poissons d’eau douce.

Tout se déroule sans encombres jusqu’au jour où une compagnie privée qui a des visées sur son terrain d’exploitation est prête à tout pour le convaincre de vendre.

Reza, avec son refus, va s’engager dans un combat de chaque instant. Mais peut-on rester un homme intègre et entrer dans la lutte sans devoir, à son tour, se salir les mains.

Dans le combat engagé, cet homme et cette femme vont se retrouver confrontés à tout ce qu’en s’isolant de la ville, ils avaient voulu fuir...

Cinéma : Un homme intègre

Si le personnage de Reza est un résistant, Mohammad Rasoulof , le réalisateur l’est tout autant. Ce cinéaste a, à ce jour, produit six films dont aucun n’a pu être projeté en Iran, le pays auquel lui et les histoires qu’il raconte appartiennent.

Pour réaliser ses films et détourner le regard d’une censure très vigilante, il a la plupart du temps été amené à adapter son matériel de tournage : utilisation de caméras non professionnelles, renonciation à un chef opérateur et aux techniques habituelles d’éclairage, récits simplifiés à l’extrême dont le cadre se limite à un lieu clos : appartement ou un taxi comme l’avait fait Jafar Panahi.

Dans le cas de  Un homme intègre » de telles précautions étaient impossibles et Mohammad Rasoulof continue à chercher des façons innovantes de contourner la censure.

C’est en étant confronté lui-même à des policiers qui lui demandaient une somme d’argent pour le relâcher alors qu’il n’avait commis aucun délit qui aurait pu justifier sa retenue, que le réalisateur a eu l’idée du film : mettre en accusation un homme intègre qui, pour sortir d’une spirale, va lui-même avoir recours à des méthodes qu’il avait toujours condamnées.

Le film débute dans la sérénité d’une campagne apaisante, dans le déroulement du quotidien sans surprise d’une famille qui ne prétend à rien d’autre que ce que la vie lui accorde.

Mais avec la proposition de la compagnie privée d’acquérir le terrain sur lequel Reza a installé son élevage de poissons rouges, le récit s’achemine dans le sens d’un conflit qui très vite va se tourner en un combat et mettre face à face un homme seul et une organisation qui ne tardera pas, pour arriver à ses fins, à utiliser des méthodes ravageuses.

« Un homme intègre » révèle, alors qu’il est pris dans la spirale d’un combat inégal, ce que par conviction d’abord, puis par orgueil, un individu foncièrement honnête et des plus pacifistes peut trouver en lui de forces négatives.

Aidé par le comédien Reza Akhalghirad qui a accepté de prendre le risque d’interpréter un personnage de « haut risque », Mohammad Rasoulof a conduit son récit sans prendre la moindre précaution vis à vis d’un régime perverti, d’une sorte de chaîne de malhonnêteté où les gens de pouvoir peuvent librement donner cours à tous les débordements sans courir le moindre risque …

Le monde tel qu’il est aussi, et de plus en plus...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les petits maîtres du grand hôtel »
    Jacques Deschamps, le réalisateur du film se trouvait à Grenoble où il participait à la commission de sélection des étudiants désirant intégrer le Master de cinéma-documentaire de Lussas, en Ardèche.... Lire la suite (22 septembre)
  • « Ceux qui travaillent »
    Sans diplôme et parti de très bas, devenu à force de volonté cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Franck a de tout temps consacré sa vie au travail. Alors qu’il doit réagir dans... Lire la suite (22 septembre)
  • « Bacarau » 
    En 2016, Kleber Mendonça Filho présentait à Cannes « Aquarius » et brandissait avec son équipe, des pancartes dénonçant ce qu’ils considéraient comme un coup d’État contre la présidente Dilma Rousseff.... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ne croyez surtout pas que je hurle »
    A la suite d’une rupture amoureuse qui l’a mis face à des difficultés financières insurmontables et pour plus de commodités, Franck Beauvais quitte Paris et ses activités cinématographiques déjà... Lire la suite (21 septembre)
  • « Ma folle semaine avec Tess »
    Sam, onze ans passe ses vacances d’été avec sa famille, sur une idyllique île néerlandaise. Il a pris la décision de s’isoler plusieurs heures par jour pour s’habituer à une solitude dont il compte... Lire la suite (15 septembre)