Actualité théâtrale

Jusqu’au 9 décembre 2018 au Théâtre Gérard Philipe de Saint Denis

« Un instant » D’après "A la recherche du temps perdu" de Marcel Proust

Dans ce monument qu’est La recherche, il fallait choisir. Ce qu’a retenu Jean Bellorini ce n’est pas le Proust mondain mais ce qu’il écrit sur la mémoire, sur les souvenirs qui pâlissent mais que les vivants s’efforcent de retenir, même lorsque ceux qu’ils ont aimés ont disparu. Il a donc choisi les extraits de La Recherche du temps perdu où le narrateur évoque son enfance et surtout sa mère et sa grand-mère. Il a confié le rôle du narrateur à Camille de La Guillonnière, qui a partagé la plupart de ses spectacles, et a placé en face de lui une actrice qui devait l’aider à ouvrir les tiroirs de sa mémoire, Hélène Patarot, qui a beaucoup joué avec Peter Brook. Tous trois signent cette adaptation que Jean Bellorini met en scène. Camille de La Guillonnière apparaît d’abord comme un visiteur qui encourage la vieille dame à évoquer ses souvenirs. Mais très vite le dialogue se transforme. Des rapprochements se font jour, l’actrice se souvenant de sa grand-mère l’aidant à mettre ses bottines comme un écho de celle de Proust, le festin préparé par sa mère dont elle a été séparée toute petite et qu’elle ne reconnaît pas, éveillant brusquement ses souvenirs comme la madeleine pour Proust. C’est Camille qui porte les mots de Proust et Hélène qui raconte ses souvenirs, mais peu à peu les sensations - l’amour de la grand-mère, le chagrin de sa mort - se rapprochent tellement, qu’Hélène Parrot peut s’approprier à son tour le texte de Proust, pourtant si intime.

Théâtre : Un instant

Alors que chez Proust les objets sont des réveils de la mémoire, il n’y a quasiment pas d’objets sur le plateau. C’est la parole qui portera les souvenirs et la musique qui les aidera à surgir. Sébastien Trouvé a imaginé un univers sonore où dans le silence et la semi-obscurité s’élève la voix de Léo Ferré chantant Avec le temps. Jérémy Péret apportera ensuite des moments de respiration avec sa guitare. Sur la scène une forêt de chaises semble veiller. Portant la mémoire de ceux qui sont morts, elles se déplaceront doucement à la fin pour s’aligner, comme dans un rêve. Il n’y a que deux acteurs sur le grand plateau qui ressemble à une sorte de grande salle à l’abandon, mais ils l’occupent pleinement. Tantôt assis côte à côte, tantôt face à face, tantôt semblant se promener sortant par un côté de la scène pour rentrer de l’autre, leurs voix ne nous quittent jamais et l’on aime aussi leurs silences, lorsqu’ils fouillent dans leurs souvenirs. Au-dessus de la scène, un petit cagibi, évoque l’endroit confiné où Proust s’enferma, les dernières années de sa vie pour écrire, lire et rêver. Camille de La Guillonnière y reprend la parole de Proust, mais invite aussi Hélène Patarot à l’y suivre, réveillant ses souvenirs qui entrent en coïncidence avec ceux de l’écrivain. Et lorsqu’à la fin Hélène Patarot dit qu’elle sait que sa grand-mère est morte, qu’elle ne reviendra plus frapper doucement à la cloison pour vérifier si elle dort et que Camille de La Guillonnière dit qu’il voit la sienne moins souvent dans ses rêves, la lampe n’a plus qu’à tomber, laissant place à la nuit et c’est très beau.

Micheline Rousselet

Du lundi au samedi à 20h, le dimanche à 15h30, relâche le mardi

Théâtre Gérard Philipe

59 Bld Jules Guesde, 93200 Saint Denis

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00

En tournée ensuite : 16 et 17 février à Tremblay en France, 13 au 16 mars à La Criée à Marseille, les 20 et 21 mars à Perpignan, les 26 et 27 mars à Caen, les 4 et 5 avril à Béziers

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les Serge »
    On connaissait la qualité de comédiens des acteurs de la Comédie Française, ils nous surprennent encore. Certains d’entre eux sont en effet de très bons chanteurs et musiciens. C’est le cas de... Lire la suite (27 mai)
  • « Eau chaude à tous les étages »
    1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers.... Lire la suite (21 mai)
  • « La rose et la hache »
    La mise en scène par Georges Lavaudant en 1979 de cette adaptation, écrite par Carmelo Bene du Richard III de Shakespeare, fut tout de suite très remarquée. Ovationnée ensuite au Festival d’Avignon en... Lire la suite (20 mai)
  • « Folie »
    Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas... Lire la suite (19 mai)
  • « Un ennemi du peuple »
    Tomas Stockmann a créé avec son frère un établissement de cure qui rend la ville, dont ce dernier est le préfet, prospère. Tomas est le médecin de l’établissement, mais il vient de se rendre compte que... Lire la suite (16 mai)