Actualité théâtrale

au Théâtre du Rond-Point jusqu’au 3 juin 2012

"Un mage en été" d’Olivier Cadiot, mise en scène Ludovic Lagarde avec Laurent Poitrenaux

Laurent Poitrenaux est un immense comédien, peut-être un des plus grands de sa génération. C’est en tout cas ce qui se confirme quand on le regarde faire l’acteur, seul en scène, pendant une heure et demie, sur le plateau de la salle Renaud – Barrault du Théâtre du Rond-Point, habituellement réservée à de vastes mises en scène ou à la présence de "valeurs sûres" du One man show, tels Fellag ou Christophe Alévèque.

Photo Giovanni Cittadini Cesi

"Au moins", disait une dame à son amie, après la représentation, "ça change de ce qu’on a l’habitude de voir". Et dans la bouche de cette personne, sans doute rodée au théâtre, sans doute spectatrice avertie et curieuse, la remarque, candide et précise, prenait valeur de compliment.
Elles avaient, elle et son amie, avec les 750 autres spectateurs ce soir-là, été sous le charme à la fois d’un genre renouvelé et de la performance du comédien.
Laurent Poitrenaux qui avait si magnifiquement servi l’ "Ebauche d’un portrait" d’après le journal de Jean-Luc Lagarce au Théâtre Ouvert, s’empare ici du texte complexe d’Olivier Cadiot qui plonge avec tendresse et infiniment de poésie dans l’âme humaine, et par sauts de puces, dans les pensées d’un homme, ses cheminements d’idées au hasard d’"un coq à l’âne" savoureux et cohérent.
Le texte est là et bien là, solide et construit dans l’éclatement. On l’écoute avec attention et intérêt mais c’est surtout l’acteur qui fascine, sa présence sur l’immense plateau, sa gestuelle précise, inventive, toujours inattendue, toujours renouvelée, la délectation avec laquelle il savoure chaque phrase avant de nous la restituer, chargée de plaisir, du sien à la dire sur tous les tons, sans jamais déborder la ligne, ni réduire, jusqu’au nôtre quand on est saisi dans notre fauteuil et qu’on se laisse porter par l’immense (et modeste) artiste, comédien authentique s’il en est, pris dans son espace de lumière avec comme seuls accessoires, les expressions qui modulent son visage, ses gestes coulés, l’ironie et la malice de l’intelligence.
Il faut courir voir ce spectacle, il faut sauter sur l’occasion qui nous est donnée d’applaudir un spectacle superbe, le travail ciselé d’un vrai artisan du théâtre.
Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point
2 bis avenue Franklin D. Roosevelt
75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Un amour sans résistance »
    Autour de la guerre il y a surtout des romans ou des pièces qui exaltent la résistance ou la lâcheté des vaincus. Le roman de Gilles Rozier aborde la question sous un angle différent et beaucoup plus... Lire la suite (22 octobre)
  • « Dans les forêts de Sibérie »
    Après avoir voyagé à vélo autour du monde, puis marché à travers l’Himalaya, chevauché dans les steppes d’Asie Centrale, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson s’est décidé à choisir l’immobilité en... Lire la suite (16 octobre)
  • « Jungle book »
    Tout enfant s’est un jour entendu raconter l’histoire de Mowgli, ce petit d’homme adopté par un couple de loups, dont Rudyard Kipling a fait une ode à la tolérance. Dans la jungle Akela, le père loup,... Lire la suite (15 octobre)
  • « Sabordage »
    O Après Blockbuster, où elle dénonçait les effets de la cupidité globalisée, portée par un système ultralibéral faisant passer le profit avant toute autre considération, l’inventive troupe liégeoise Le... Lire la suite (13 octobre)
  • Des reprises à signaler
    Voici 3 spectacles que nous avons chroniqués et qui sont repris cette automne. Pour ceux qui les auraient loupés ou qui voudraient les revoir ! « Jeanne Plante est chafouin » les lundis à 20h30... Lire la suite (12 octobre)