Éditos

Un message sans équivoque

La journée de grève et de manifestations du 10 octobre à l’appel unanime des organisations a connu un réel succès chez les personnels de l’Éducation nationale.
Très présents dans les manifestations dynamiques et animées, ces derniers ont dit clairement leur opposition à une vision comptable qui sacrifie l’Éducation, considère les fonctionnaires comme la variable d’ajustement budgétaire, sacrifice qui permet l’octroi de largesses envers la frange la plus aisée de la population.
Le président de la République qui se veut tourné vers l’avenir ferait bien de se pencher sur les causes de la crise de recrutement dans le secondaire, tenir compte de l’augmentation du nombre d’élèves et en tirer les conséquences. Revaloriser les carrières pour restaurer l’attractivité de nos métiers, créer des emplois, considérer l’éducation comme un investissement, voilà qui serait vraiment moderne.
Faute d’entendre ces demandes, le discrédit qui frappe déjà le nouveau gouvernement à quelques mois de son installation pourrait s’amplifier et la contestation se poursuivre.
D’ores et déjà, des suites au 10 octobre sont en discussion dans les fédérations de fonctionnaires et la combativité au rendez-vous.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Reprendre haleine !
    L’exercice périlleux mais désormais habituel de déni des difficultés de la prochaine rentrée a battu son plein tout le printemps de la part des recteurs. Nul doute que le ministre, à la fin de l’été,... Lire la suite (29 juin)
  • Acharnement
    La recherche obsessionnelle de supposés gisements d’économies conduit la Cour des comptes à d’inquiétants rabâchages. Ainsi fin mai, la Cour a-t-elle sorti un rapport déplorant l’augmentation du nombre... Lire la suite (8 juin)
  • Vérité des prix
    Emmanuel Macron surjoue le modernisme tout en appliquant de vieilles recettes libérales, de son côté Jean-Michel Blanquer ne rate aucune occasion pour vanter l’école « du bon vieux temps » tout en... Lire la suite (18 mai)
  • Incontournable grève  !
    «  Une journée de grève isolée ne sert à rien  », «  de toute façon les réformes passeront  »... arguments récurrents donnés par les collègues qui ne font pas grève. Faut-il pour autant se priver de ce mode... Lire la suite (14 mai)
  • Dialogue anti-social
    Dialogue social, discussion, négociation, consultation des organisations syndicales, le gouvernement utilise à dessein différents termes censés avoir la même signification, afin de convaincre... Lire la suite (13 avril)