Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Srinath. C. Samarasinghe (France)

"Un nuage dans un verre d’eau" Sortie en salles le 24 juillet 2013

Monsieur Noun, projectionniste de films à la retraite, et Anna, jeune prostituée roumaine, habitent le même immeuble dans le 18ème arrondissement de Paris.

Malgré leur grande différence d’âge, ils sont le même sens de la fantaisie ainsi qu’un goût marqué pour les faits divers.

Leur relation intéresse Khalil, petit-fils de Monsieur Noun, qui les filme.

Jusqu’au jour où, après une soirée bien arrosée, au bar, avec un voisin plombier, le vieil homme disparaît.

Bouleversée, Anna décide de mener l’enquête aidée par le fantôme du vieil homme, par un poisson rouge volant qui dirige les opérations et par des articles de faits-divers curieusement animés.

A la fois chronique du quotidien de deux êtres ordinaires, narration avec effets fantastiques et fable philosophique, ce premier film singulier est inspiré par certains événements de la vie de son auteur d’origine sri-lankaise, Srinath C Samarasinghe.

Dans un court métrage précédent, le réalisateur rendait hommage à un vieil immigré italien qui avait profondément marqué son enfance, s’était beaucoup occupé de lui alors que ses parents, immigrés à Paris, étaient très accaparés par leur travail dans l’hôtellerie.

Or, ainsi que cela se passe dans le film, le vieil homme était un jour retrouvé inanimé chez lui, assassiné.

Le réalisateur avait quatre ans à l’époque et il imagina de multiples versions autour de cette histoire, aidé par les explications de sa mère bouddhiste qui lui parlait de réincarnation.

Au départ du projet, la trame du film "Un nuage dans un verre d’eau" était axée sur la relation du vieil homme avec son petit fils, étudiant en cinéma.

Par la suite, le lien entre monsieur Noun et sa jeune voisine prostituée s’est imposé pour en constituer le cœur.

Le film mêle à travers le choix de nombreux formes et codes, le réel, le faux documentaire, la BD, l’animation, des effets spéciaux et donne une structure qui pourrait aussi bien se rattacher à chacun des éléments utilisés isolément.

La narration accueille des irruptions du fantastique, parfois aux limites du comique.

Comment imaginer que le fantôme de monsieur Noum puisse intervenir en personne dans le déroulement de l’enquête qu’Anna mène sur les raisons et les circonstances de sa mort.

Comment le poisson rouge échappé de son bocal peut indiquer l’orientation de l’enquête et le moment venu, amener la collection des extraits de journaux destinés à faire barrage et à faciliter l’arrestation des coupables.

Avec " Un nuage dans un verre d’eau", on est plongé à la fois dans un monde réel, palpable, et dans les univers de l’imaginaire et d’un monde poétique. Le tour de force du réalisateur étant d’avoir pu rendre crédibles, aptes à voisiner dans le récit, des éléments à priori incompatibles..

L’histoire réelle de Monsieur Noum et d’Anna est parfaitement racontée et leur quotidien ne manque pas de réalisme. Les articulations du scénario sont parfaitement "huilées".

Serions- nous devenus aveugles au monde poétique qui nous entoure, à l’équivalent des poissons rouges et des coupures de journaux qui nous accompagnent ? Un manque de fantaisie nous interdirait-il de nous "révéler à leur présence" ?

Il ne faut pas rater cet "objet cinématographique non identifié" rafraîchissant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)