Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 avril puis du 2 au 27 juin au Théâtre Les Déchargeurs

« Un obus dans le cœur »

Wahab, un jeune homme, est réveillé en pleine nuit par un coup de téléphone lui apprenant que sa mère, malade d’un cancer, est en train d’agoniser et qu’il doit rapidement se rendre à l’hôpital. Il part dans la tempête de neige pour attraper un bus, s’emporte contre le chauffeur, quitte le bus, marche à pied. Il va à la rencontre de sa mère avec laquelle les rapports ont été chaotiques. La mort de celle-ci le renvoie à l’enfance au Liban, à l’époque de la guerre, quand il avait sept ans et à ses cauchemars.

Dans ce texte écrit par Wajdi Mouawad, on remonte dans la vie du narrateur, des neiges du Québec à l’enfance au Liban, on découvre le secret qui a bouleversé son enfance et son adolescence. Wahab revient sur ses émotions d’enfant, dépassé par une violence qu’il ne comprend pas, ses révoltes et sa rage d’adolescent, ses efforts pour éradiquer la peur et apprivoiser la mort. On est comme dans un conte où se mêlent le réalisme et le fantastique, la poésie et le merveilleux, l’intime et les traumatismes de l’Histoire.

Théâtre : un obus dans le coeur

La mise en scène est sobre : un banc, siège de bus ou d’hôpital, Wahab qui enfile la cagoule de son pull ou la retire, s’emmitoufle dans un pardessus ou l’enlève et l’on passe d’un lieu et d’un âge à l’autre. Des images vidéo floues comme dans les souvenirs évoquent l’enfance, l’ailleurs. Des bruits de klaxon suffisent à nous transporter dans les rues populeuses du Moyen-Orient. Gregori Baquet est Wahab, ce bloc de douleur et de rage. Il est excellent, il a d’ailleurs obtenu le Molière 2014 de la révélation masculine pour ce rôle. On est suspendu à ses lèvres et, comme le narrateur du texte, « on se précipite sur les mots et on les boit avidement ».

Micheline Rousselet

Tous les lundis à 21h15 jusqu’au 20 avril. Du mardi au samedi à 19h30 du 2 au 27 juin

Théâtre Les Déchargeurs

3 rue des déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)