Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 avril puis du 2 au 27 juin au Théâtre Les Déchargeurs

« Un obus dans le cœur »

Wahab, un jeune homme, est réveillé en pleine nuit par un coup de téléphone lui apprenant que sa mère, malade d’un cancer, est en train d’agoniser et qu’il doit rapidement se rendre à l’hôpital. Il part dans la tempête de neige pour attraper un bus, s’emporte contre le chauffeur, quitte le bus, marche à pied. Il va à la rencontre de sa mère avec laquelle les rapports ont été chaotiques. La mort de celle-ci le renvoie à l’enfance au Liban, à l’époque de la guerre, quand il avait sept ans et à ses cauchemars.

Dans ce texte écrit par Wajdi Mouawad, on remonte dans la vie du narrateur, des neiges du Québec à l’enfance au Liban, on découvre le secret qui a bouleversé son enfance et son adolescence. Wahab revient sur ses émotions d’enfant, dépassé par une violence qu’il ne comprend pas, ses révoltes et sa rage d’adolescent, ses efforts pour éradiquer la peur et apprivoiser la mort. On est comme dans un conte où se mêlent le réalisme et le fantastique, la poésie et le merveilleux, l’intime et les traumatismes de l’Histoire.

Théâtre : un obus dans le coeur

La mise en scène est sobre : un banc, siège de bus ou d’hôpital, Wahab qui enfile la cagoule de son pull ou la retire, s’emmitoufle dans un pardessus ou l’enlève et l’on passe d’un lieu et d’un âge à l’autre. Des images vidéo floues comme dans les souvenirs évoquent l’enfance, l’ailleurs. Des bruits de klaxon suffisent à nous transporter dans les rues populeuses du Moyen-Orient. Gregori Baquet est Wahab, ce bloc de douleur et de rage. Il est excellent, il a d’ailleurs obtenu le Molière 2014 de la révélation masculine pour ce rôle. On est suspendu à ses lèvres et, comme le narrateur du texte, « on se précipite sur les mots et on les boit avidement ».

Micheline Rousselet

Tous les lundis à 21h15 jusqu’au 20 avril. Du mardi au samedi à 19h30 du 2 au 27 juin

Théâtre Les Déchargeurs

3 rue des déchargeurs, 75001 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 36 00 50

www.lesdechargeurs.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Journal à quatre mains »
    Benoîte et Flora Groult ont grandi dans une famille bourgeoise d’intellectuels dans les années 30. Leur parents fréquentent les écrivains et peintres les plus connus, Picasso, Paul Morand, Jouhandeau... Lire la suite (Février 2009)
  • "Les enfants terribles" puis "En attendant Godot"
    "Les enfants terribles", comme toutes les œuvres de Jean Cocteau, repose sur une irréalité apparente qui en révèle à la fois la fragilité et la force. Ce qui caractérise plus encore cette œuvre, c’est... Lire la suite (Février 2009)
  • " Nos enfants nous font peur quand on les croise dans la rue "
    Sur un texte écrit et lu par Ronan Chéneau, des comédiens, danseurs et acrobates nous font sentir l’Afrique que nous croisons chaque jour en France sans toujours y porter une attention particulière.... Lire la suite (Février 2009)
  • « Edgar et sa bonne »
    C’est aujourd’hui la signature du contrat de mariage d’Edgar, un peu coincé entre sa sœur, qui partage son appartement, et sa bonne, Florestine avec qui il entretient une liaison. Celle-ci est... Lire la suite (Février 2009)
  • "Chemise propre et souliers vernis"
    Une présentation de ce très agréable nouveau spectacle de qualité de Jean-Pierre Bodin qui se fit connaître par le succès de son "Banquet de la Sainte-Cécile" (900 représentations depuis 1994), est... Lire la suite (Février 2009)