Actualité théâtrale

au Théâtre de l’Aktéon

"Un rien nous fait chanter" Jusqu’au 3 février

Quatre chanteurs, dont un est aussi pianiste font revivre avec bonheur des chansons bien, ou moins bien, connues de Charles Trenet, Georges Brassens, Francis Blanche, Maxime Le Forestier, Offenbach et d’autres. Ils se sont faits aider, pour la mise en scène, par Nicolas Lormeau de la Comédie-Française. Le résultat est à la fois rythmé et fluide.

JPEG - 18 ko

Sur la scène quatre pupitres et quatre chaises rouges, en fond de scène des parapluies accrochés à une portée, rouge aussi, et nous voilà partis pour une heure dix jubilatoire. Entraînés par la mezzo Arielle Bailleux, les plus jeunes, Marion Taran (soprano), Clément Gustave (baryton) et Maël Monfort (pianiste et ténor) nous emmènent dans une folle sarabande où la queue du chat, version Frères Jacques, rejoint la truite, version Francis Blanche. Les voix se mêlent en canon, sans s’emmêler. On a même l’impression que chacune sert l’autre. Ce sont de bons chanteurs, mais ils ne sont pas que cela. Ce sont aussi des acteurs. Par leur fantaisie ils font penser au Quatuor mais ils savent aussi alterner humour et poésie, n’hésitant pas à dire le texte des Passantes chanté autrefois par Brassens ou un poème de Beaudelaire. Ils ont un vrai plaisir à chanter et jouer ensemble, ils se renvoient la balle, tant vocalement que par le jeu, et c’est un plaisir de les regarder et de les entendre. On en sort réjoui et de bonne humeur, ce qui est plutôt agréable en ces temps moroses.

Micheline Rousselet

Le samedi et le dimanche à 18h
Théâtre de l’Aktéon
11 rue du Général Blaise, 75 011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 38 74 62
www.akteon.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)