Autour du Jazz

Un son de saxophone pour un art de la composition. Sylvain Beuf « Plénitude »

Sylvain Beuf, compositeur, fait la démonstration avec « Plénitude  » - un titre justifié par la musique – de sa palette. Il écrit visiblement pour son groupe en prenant en compte les spécificités de ses compagnons, Manu Codjia, guitare, lui aussi atteint par le syndrome « plénitude », Philippe Bussonnet, basse électrique, Julien Charlet, batterie et un invité Laurent Coulondre, piano et orgue. Le saxophoniste ténor et soprano qu’est aussi Sylvain Beuf continue de privilégier le son au détriment quelque fois du rythme. Un son de saxophone qui tient beaucoup de l’école française de cet instrument.
Le compositeur ne se refuse rien. Ni le binaire, ni le rock ni aussi les incursions dans le modal ou les modes de John Coltrane. C’est quasiment un tour d’horizon des musiques que l’on pourrait entendre aujourd’hui, y compris ces fameuses « musiques du monde » si les programmateurs avaient un peu de liberté et n’étaient soumis au régime « il faut faire de l’audience » et satisfaire les goûts du public, un public souvent pris pour des imbéciles.
Dans le marasme économique actuel, Sylvain Beuf a été obligé de créer son propre label, Impro Primo Records à qui on souhaite une longue vie…
Il reste qu’il manque le « je-ne-sais-quoi » qui fait la différence. Pas grand chose. Le plaisir est entier mais on aimerait plus de folie, de lâcher les amarres pour s’envoler vers d’autres cieux…

Nicolas Béniès.

« Plénitude », Sylvain Beuf, Impro Primo Records distribué par Socadisc

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Le tombeau de Poulenc »
    « Le tombeau de Poulenc », le titre de cet album interroge. La réponse se trouve dans les notes de pochette pour apprendre que « dans la période baroque, le tombeau était composé en hommage à un grand... Lire la suite (10 avril)
  • « Sand Woman », Henri Texier
    Henri Texier a eu envie, après les concerts pour le 30e anniversaire du Label bleu, de reprendre quelques-unes de ses anciennes compositions, celles du temps de Salhani. Pour ce faire, redonner... Lire la suite (10 avril)
  • « Freaks », Théo Ceccaldi
    Théo Ceccaldi, violoniste, a fait sensation. Et il continue. Je me souviens de la première fois que je l’ai vu au festival Jazz sous les Pommiers à Coutances. J’étais sceptique. Un violoniste ! Oui... Lire la suite (9 avril)
  • Sydney Bechet et Bobby Jaspar
    Sidney Bechet ! Rien que le nom du clarinettiste/saxophoniste soprano évoque des souvenirs, des chansons. « Petite fleur » bien sûr, chantée à la fois par Mouloudji et Henri Salvador, « Petite fleur »... Lire la suite (9 avril)
  • Europajazz, Jazz sous les Pommiers
    L’Europa Jazz, connu aussi par sa ville de naissance, Le Mans, où le festival se termine en apothéose, essaie de ne pas trop regarder les chiffres pour éviter les pièges du « retour sur investissement... Lire la suite (3 avril)