Actualité théâtrale

Jusqu’au 25 octobre au théâtre 14

« Un tango en bord de mer », de Philippe Besson Mise en scène Patrice Kerbrat

Ils sont deux, la nuit, au bar d’un hôtel en bord de mer. On comprend vite que ces deux hommes se sont aimés et que la rupture a été douloureuse. Tout semblait les séparer, la différence d’âge, de milieu, de culture. Ils se sont rencontrés par hasard ce jour-là et l’aîné, écrivain, a demandé au plus jeune de le rejoindre. Ils vont passer la nuit à parler et découvrent ce qu’ils n’ont pas su se dire autrefois, l’amour, les malentendus aussi.

Dans cette pièce comme dans plusieurs de ses romans, plusieurs fois sélectionnés pour des prix prestigieux, dont Son frère adapté au cinéma par Patrice Chéreau, Philippe Besson s’attache à observer les relations entre des hommes qui s’observent, se méfient, s’attirent et se repoussent, comme dans le tango du titre.

Dans ce spectacle il y a d’abord une superbe écriture théâtrale pleine de sensibilité, de violence aussi dans les sentiments qui s’expriment, qui laisse place aux silences comme aux formules percutantes « la notoriété, c’est du champagne ». Les dialogues s’enchaînent et l’intérêt ne faiblit jamais. Il y a tant de choses dans cette relation amoureuse, l’admiration du jeune amant pour l’écrivain, sa jalousie pour ce travail qui lui enlève son amant, la peur de trop s’exposer et de devenir vulnérable, les incompréhensions et les contresens du plus âgé, sa vulnérabilité aussi. Décor et lumières (Laurent Béal) créent une atmosphère de bar de palace de bord de mer désert la nuit, où tout devient possible et qui favorise les confidences. La mise en scène de Patrice Kerbrat donne toute leur puissance au jeu des deux acteurs. Jean-Pierre Bouvier, habitué du cinéma et de la télévision et homme de théâtre accompli, est ici remarquable. Il est l’écrivain sûr de lui, un peu condescendant face à son jeune amant qui n’a pas fait d’études et ne lit pas. Mais il sait faire évoluer son personnage de l’étonnement face à un partenaire, dont il découvre qu’il l’a sous-estimé, à la révélation de ses blessures et à la nostalgie face au temps qui passe et le rapproche de la vieillesse. Le jeune Belge Frédéric Nyssen joue son personnage de jeune amant avec une palette de nuances d’une richesse surprenante. C’est un grand duo d’acteurs qui nous offre ce beau texte. Il y a de la tendresse, de la nostalgie et des fulgurances que l’on n’oublie pas.

Micheline Rousselet

Mardi, vendredi et samedi à 20h30, mercredi et jeudi à 19h, le samedi à 16h

Théâtre 14

20 avenue Marc Sangnier, 75014 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 45 49 77

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)