Actualité théâtrale

Petit Montparnasse à partir du 9 septembre 2015

"Un tango en bord de mer" de Philippe Besson Mise en scène de Patrice Kerbrat

Stéphane à la cinquantaine. Il est un écrivain reconnu. Vincent vient tout juste de passer la trentaine et c’est un dilettante.

Ils ont vécu plusieurs années ensemble jusqu’au jour où Vincent, sur un coup de tête, est parti sans explications.

Un soir, deux années plus tard, dans le bar d’un luxueux hôtel, ils se croisent par hasard. Mais est-ce vraiment un hasard ?

Le bar est désert et la vodka aidant, ils reviennent sur les années qui les ont réunis, sur les conséquences qu’ont eues sur l’un et sur l’autre la séparation brutale et sur ce qu’il reste de traces après l’amour.

Stéphane fait preuve de sagesse et de maturité dans son propos.

Pour Vincent, la préoccupation première semble être de ne céder ni au regret ni à l’attendrissement mais lequel des deux trouve le plus de plaisir dans ces retrouvailles ?

Petit à petit, l’intimité qui les a unis, la tendresse d’autrefois refait surface et même si Vincent annonce qu’il a décidé de changer de vie, de créer une famille et d’avoir des enfants, les sentiments qui les a jadis rapprochés n’ont pas dit leur dernier mot.

Philippe Besson a écrit des dialogues d’une grande justesse, d’une sensibilité sans sensiblerie, que relaient avec virtuosité et un naturel confondants, deux comédiens formidables.

Jean-Pierre Bouvier et Frédéric Nyssen interprètent avec une belle complicité ces deux personnages qui, deux années après s’être quittés brutalement, réapprennent à se frôler, à retrouver avec émotion mais sans épanchement jamais, les gestes d’autrefois, la saveurs, les odeurs et entre autres, celle de leurs corps qu’ils n’ont pas oubliée.

Les personnages tout en nuances sont, en dépit des apparences, peu contrastés.

Ils finissent par se rejoindre dans la tendresse retrouvée.

Dans le texte ciselé de Philippe Besson, les vrais sentiments se lisent entre les lignes.

Si l’histoire des retrouvailles de ces deux amants est universelle, elle met en présence deux hommes et la force de leur amour.

Le public qui multiplie les rappels en fin de représentation confirme que la pièce de Philippe Besson n’est pas qu’anecdotique, qu’elle est bel et bien militante.

Francis Dubois

Petit Montparnasse 31 rue de la Gaité 74 014 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative 01 43 22 77 74

Page d’accueil

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)