Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film d’Hélène Fillières (France)

"Une histoire d’amour" Sortie en salles le 9 janvier 2013

Ils se sont rencontrés. Elle est devenue sa maîtresse. Aucune histoire d’amour ne ressemble à une autre histoire d’amour. La leur repose sur une relation sado masochiste. Il ne lui est possible d’accéder à la jouissance que dans la douleur. Il lui a offert un revolver, elle, une combinaison de latex. Il lui a promis de l’épouser et comme il est un banquier très riche, également une très grosse somme d’argent.
Lui n’a aucune attache en dehors d’elle. Elle, elle vit avec un homme beaucoup plus âgé qu’elle qui s’accommode de ses frasques extra-conjugales.
Dans l’avion qui l’amène en Australie, elle a comme voisin, un garçon qui l’attire, jeune, rassurant. Elle pourrait tout laisser tomber et le suivre…

Pour son premier long métrage comme metteur en scène, Hélène Fillières n’est pas allée vers la facilité. Elle s’est inspirée d’un fait divers qui avait fait du bruit à l’époque, dont Régis Jauffret avait fait un livre intitulé "Sévère" et qui traitait de l’assassinat par sa maîtresse d’un riche banquier suisse.
Son film dont la narration est très personnelle, très fluide, bénéficie de nombreux atouts en dehors de son talent déjà très affirmé de cinéaste.
Et si elle a réuni au générique les noms de Benoît Poelvoorde et de Laetitia Casta, on serait tenté de penser que ce n’est pas pour la notoriété des deux comédiens (ils ont dû néanmoins faciliter la production), mais qu’ Hélène Fillières a fait ce choix mais parce que l’un et l’autre sont tellement parfaits pour jouer ces personnages que leur présence à l’écran touche très vite à l’évidence.
Un autre atout du film est l’image. Les intérieurs et les extérieurs sont dans une tonalité métallique, comme inhabités. Peu de figurants apparaissent à l’image à part le passage d’une classe d’enfants en rang et quelques personnages lointains.
Et cette "économie" presque glacée est là pour mieux faire contraste avec la passion amoureuse singulière, le feu sous la cendre, des dialogues qui, lorsqu’ils se déclenchent, appartiennent à l’intime, au quotidien du couple.
Qui ici est dans la soumission ? L’homme qui ne parvient à la jouissance que lorsqu’il est giflé, battu, flagellé ou la femme qui souffre de la parole non tenue, de la lâcheté, de cet amour qui la dévore mais qui ne trouve pas son chemin.

Hélène Fillières conduit son récit avec une rare exigence avec une première partie du film aussi déserte qu’elle est vibrante. Le second tiers du film traite de l’opposition, du conflit, d’amour, d’argent et ne fournit aucune indication quant à savoir qui l’emportera sur l’autre. Les deux personnages sont à fragilité égale. La dernière partie du film, celle qui précède de très près le dénouement, est conduite comme un chef d’orchestre dirigerait une symphonie. Les trois histoires s’entrecroisent de façon de plus en plus serrée.

Benoît Poelvorde livre, en grand comédien, puissance, fragilité et émotion. Laetitia est magistrale dans les mêmes tonalités de jeu.
"Une histoire d’amour" est la première œuvre mesurée et aboutie d’une comédienne dont le cinéma nous a jusque-là livré le talent avec parcimonie.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Roads »
    Gyllen est un garçon de tout juste dix-huit ans, originaire de Londres, parti avec sa famille pour des vacances au Maroc. On ne saura pas très bien les raisons pour lesquelles il décide de fausser... Lire la suite (16 juillet)
  • « Her smell »
    Bercky Something est une superstar du rock des années 90 qui a rempli les stades avec son Girls band : « Something She » Lorsque ses excès, ses caprices de vedette adulée finissent par mettre en... Lire la suite (15 juillet)
  • « Persona non grata »
    José Nunes et Maxime Charasse sont des amis de longue date et associés minoritaires dans une entreprise de BTP momentanément en difficulté. Face à la nécessité de protéger leurs intérêts, ils décident... Lire la suite (14 juillet)
  • « L’oeuvre sans auteur »
    A Dresde, en juillet 1937, un enfant, Kurt Barnet visite avec sa tante Elisabeth l’exposition sur « l’art dégénéré » organisée par le régime nazi pour lesquels les représentants notables sont entre autres... Lire la suite (14 juillet)
  • « Le voyage de Marta »
    Marta que son père à invitée avec son jeune frère pour des vacances au Sénégal dans un complexe touristique avec excursions et animations, s’ennuie ferme mais prend son mal en patience. Elle traîne sa... Lire la suite (13 juillet)