Actualité théâtrale

Jusqu’au 6 octobre au Monfort

« Une maison de poupée »

Lorsque, en 1879, Une maison de poupée est créée en Norvège, la pièce d’Ibsen fait scandale et l’on demande même à l’auteur de modifier la fin, le départ du foyer conjugal de Nora semblant tout à fait immorale pour la bourgeoisie de l’époque. La pièce d’Ibsen révélait la dissymétrie de la conception morale des hommes et des femmes et la domination qui s’exerçait sur les femmes, les enfermant dans le rôle de gardienne du foyer. Aujourd’hui les femmes travaillent, ce qui leur a assuré une certaine indépendance, et font entendre leur voix même si l’égalité est encore loin d’être assurée. Pourtant, comme le dit Lorraine de Sagazan qui adapte et met en scène la pièce, « la violence est latente et le conditionnement social, culturel et psychologique menace nos identités et notre liberté à exister. Les rapports de domination sont dissimulés et nous n’arrivons toujours pas à nous en départir ». Comme à l’époque d’Ibsen les questions d’argent sont au cœur des rapports sociaux et on peut se demander si les rapports dans le couple se sont libérés des cadres sociaux qui les oppressent.
Théâtre : une maison de poupée
Rappelant qu’Ibsen a toujours souhaité ancrer son théâtre dans la société de son temps, Lorraine de Sagazan s’intéresse à cette question en proposant une inversion des situations originelles. Cette très remarquée jeune metteuse en scène fait de Nora et Torvald un couple de notre temps, instruit et moderne. Nora a un poste élevé de cadre de banque,dont elle est fière, et Torvald, qui a perdu son emploi, s’occupe des enfants et fait un peu de musique sans désir de gloire. Tous deux semblent satisfaits de leur choix. Pourtant en cette nuit de Noël leur couple va exploser car ils ne peuvent échapper à la mentalité conservatrice et misogyne encore bien ancrée dans nos sociétés.

Les spectateurs sont plongés au cœur du champ de bataille par un dispositif trifrontal. Des jouets, des décors de Noël au fond de la pièce, un frigo, une table campent le décor. Benjamin Tholozan incarne l’ami de la famille, le Dr Rank. Il glisse de l’humour, avec ses surprenantes recettes typiquement norvégiennes, au désespoir d’un homme qui se sait condamné. Lucrèce Carmignac et Antonin Meyer Esquerré incarnent bien ceux par qui la rupture va arriver, mais ce sont surtout Nora et Torvald qui magnétisent nos regards. Jeanne Favre incarne une Nora entreprenante, ambitieuse, fière de sa réussite, aimante mais aussi capable d’être dure et tranchante. Il faut la voir danser, se tordre comme une flamme, démultipliée par le jeu des lumières avant de disparaître dans la brume des fumées. Romain Cottard donne à Torvald toute sa complexité. Il assume ses choix, mais l’ironie de leur ancienne amie sur sa situation d’homme au foyer le trouble. Il admire Nora mais ne supporte pas trop qu’elle soit fière de sa réussite.

Ce que pouvait avoir d’un peu daté la pièce d’Ibsen disparaît. On est dans notre société et avec Lorraine de Sagazan on s’interroge sur les progrès de l’égalité dans le couple, sur la liberté des choix de vie face aux normes sociales, sur le rapport entre la morale individuelle et l’amour. En cela cette adaptation est un petit bijou d’intelligence, d’émotion et de finesse.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, relâche dimanche et lundi

Le Monfort

106 rue Brancion, 75015 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)