Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 janvier et du 9 au 20 février au théâtre de Gennevilliers

"Une (micro)histoire économique du monde, dansée"

Fidèle à son projet, Pascal Rambert mêle le réel et la fiction, le théâtre et l’expression corporelle, le travail des comédiens et celui des ateliers d’écriture et des élèves de l’école nationale de musique de Gennevilliers. Il y ajoute l’éclairage d’un philosophe de l’économie pour nous raconter « une (micro) histoire économique du monde, dansée ». Ils sont une cinquantaine, hommes, femmes, blancs, noirs, maghrébins, jeunes ou vieux, vêtus en costumes de tous les jours, à se déplacer en faisant des gestes quotidiens, sur une grande scène blanche. Partant des préoccupations qui s’exprimaient dans les ateliers d’écriture, celle de la peur de la pauvreté, de la précarité et du chômage, celle du pouvoir d’achat, Pascal Rambert a écrit des « saynètes » révélatrices de moments de l’histoire de l’économie que mettent en scène quatre actrices. Enfin Eric Méchoulan, un professeur de philosophie, micro en main commente et éclaire ces saynètes.
Loin d’être une histoire chronologique, les saynètes sont des moments qui permettent un arrêt sur une idée, par exemple le lien entre économie et risque, entre risque et assurance, entre assurance et information. Le discours et les saynètes ne s’arrêtent pas au modèle capitaliste, le don et le potlatch sont aussi au rendez-vous, tout comme les droits d’auteur, le micro-crédit et la crise des subprimes. L’accent est mis sur la pensée morale des auteurs classiques de l’économie et sur l’économie comme relation entre les hommes, ce qui permet de faire le lien avec des fragments de textes écrits dans les ateliers d’écriture, évoquant les rapports entre les êtres et la vie qui passe.

© Pierre Grosbois

La réussite du projet semblait très aléatoire, face à des éléments aussi hétéroclites, et pourtant elle est bien au rendez-vous. On est face à un spectacle intelligent où la réflexion sur le monde dépasse les banalités habituelles, où l’émotion est présente avec les textes dits par des individus qui se dégagent de la foule et avec la beauté de cette masse de gens en mouvement sur la scène. Il y a une vraie réflexion sur la façon de mettre en scène des idées abstraites, sur la façon dont les gestes des danseurs peuvent être en résonance avec les mots du philosophe. Quand Eric Méchoulan dit « Le théâtre n’est pas une métaphore du monde, c’est le monde qui a pris un masque de théâtre pour mieux dire : « Je ne suis pas qu’économie et la valeur n’est pas seulement financière », Pascal Rambert le rejoint en plaçant sur scène des gens qui ne sont pas formatés et en créant des liens entre eux et entre ce qu’ils expriment et les spectateurs.
Micheline Rousselet

Théâtre de Gennevilliers
41 avenue des Grésillons
92230 Gennevilliers
mercredi, vendredi, samedi à 20h30
mardi et jeudi à 19h30
dimanche à 15h
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur
réservation impérative au : 01 41 32 26 26
www.theatredegennevilliers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)