Actualité théâtrale

Théâtre du Lucernaire, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 7 juin 2014

"Une passion simple" d’Annie Ernaux Mise en scène Jeanne Champagne.

" La chambre, la nuit, le jour" est un spectacle que Jeanne Champagne a créé à Equinoxe, Scène nationale de Châteauroux où elle est artiste associée.

"Passion simple" en est le premier opus. C’est une exploration vers l’absolu de la passion amoureuse.

Dans sa chambre, une femme comme une autre (elle vit seule en banlieue, elle est enseignante) attend le plus clair de son temps, près du téléphone, que la sonnerie retentisse pour lui annoncer la visite de l’homme dans les bras duquel elle connaîtra le plaisir intense, l’extase de l’emportement charnel.

Cette relation avec un homme d’origine étrangère (il vient d’un pays de l’Est et semble assurer une mission pour une période donnée en région parisienne), marié (ce qui interdit à la femme de lui téléphoner ou de lui écrire) ne dépend que de ses seules disponibilités et de son désir à lui.

Il y a, pour elle, dans l’attente (elle hésite à utiliser tout appareil bruyant, l’aspirateur et la radio, par exemple, de crainte qu’ils ne couvrent la sonnerie du téléphone, comme elle réduit autant que possible ses activités hors de chez elle) un mélange de souffrance dans l’impatience et de plaisir à anticiper les élans de la prochaine rencontre.

Entre le moment où sont fixés le jour et l’heure du rendez-vous et l’apparition de l’homme dans le couloir de son appartement, où se situe le moment présent ? s’interroge-t-elle.

Et lorsque l’amant est là, alors qu’elle s’est débarrassée de sa montre pour nier le passage du temps, il lui arrive, quand elle va chercher des glaçons dans la cuisine, de lancer un regard vers la pendule. Plus que deux heures, plus qu’une, plus que quelques minutes avant que n’arrive le moment de se séparer et celui de lancer à nouveau le processus de l’attente.

Annie Ernaux a écrit sur le sujet un texte ciselé dont chaque mot sonne juste pour rendre autant le plaisir que la frustration.

" Passion simple" n’est pas une histoire d’amour ordinaire, n’est pas une histoire d’amour tout court. C’est l’autopsie du plaisir à venir, consommé et déjà passé.

Et qu’importe si l’amour fou conduit à une dépossession de soi, à une lente mais voluptueuse dérive.

Marie Matheron, fine comédienne trop rare, interprète la femme.

La mise en scène de Jeanne Champagne respecte la rigueur dictée par le texte et la grande justesse du propos.

Un spectacle sensible où la douceur de l’impatience se mêle à celui du plaisir.

Un beau moment de théâtre.

Francis Dubois

Le Lucernaire, 53 rue Notre Dame des Champs. 75 006 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 45 44 57 34

www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)
  • « Le pays lointain (Un arrangement) »
    C’est l’ultime pièce de Jean-Luc Lagarce mort à 38 ans, en 1995, quelques jours après l’avoir terminée. On y retrouve le thème du retour de l’enfant prodigue parmi les siens. Louis revient, au pays... Lire la suite (11 mars)