Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Roman

« Une vérité si délicate », John le Carré Un roman politique

John le Carré fut un espion et a raconté ses expériences un brin romancées jusqu’à la chute du Mur de Berlin. Ce 9 novembre 1989 marquait la fin d’une architecture du monde, celle de la « guerre froide » suivie par la « coexistence pacifique ». Ce changement de terme ne changeait pas la donne. Le monde se divisait politiquement en deux, les États-Unis d’un côté, l’URSS de l’autre. Comme le résumait dans ses œuvres de science fiction sans robots, « Eux » et « Nous ».

Pour John le Carré, la nécessité se faisait sentir de tenir compte du changement d’architecture. Le monde était désormais divisé économiquement en trois, États-Unis, Japon, Allemagne et les intérêts à défendre se situaient désormais sur le terrain des marchés et non plus de la défense du monde dit libre.

Après quelques hésitations, ses romans sont devenus politiques. Le dernier en date, « Une vérité si délicate » est un acte d’accusation de la politique du New Labour et de Tony Blair en particulier. L’enquête part du rocher de Gibraltar, colonie britannique, en 2008 pour se terminer en 2011. La vérité n’est pas bonne à dire. Les diplomates sont tenus au secret. Surtout sur ces officines privées qui prennent en main les tâches de la défense nationale. Blair a été au-delà de Thatcher en privatisant l’armée, suivant l’exemple états-unien de George W. Bush. Les conséquences sont catastrophiques. Elles se traduisent par le recul du politique, remplacé par des dogmes religieux quelquesfois bien éloignés de la religion elle-même. Ces dogmes cachent les intérêts matériels de cliques, de gangs, qui prolifèrent dans un monde où les valeurs collectives ont disparu.

Qui défend quoi et qui ? L’honnêteté est pourchassée. Surtout se taire. La loi du silence, l’omerta. Sinon c’est la mise à mort. En écho à John le Carré, beaucoup d’affaires – de faux suicides, de vrais meurtres – qui ont défrayé la chronique en Grande-Bretagne.

On se demande à chaque page si l’auteur invente ou simplement remplit les vides de l’information…

Une manière de voir le monde.

Nicolas Béniès.

« Une vérité si délicate », John le Carré, traduit par Isabelle Perrin, Seuil, 329 p.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « La dissonante »
    Tristan, chef d’orchestre d’une petite ville, est en quête de l’interprétation parfaite, celle qu’il entend dans sa tête. Il n’arrive pas à tirer de l’orchestre ni des incarnations de Tristan et Isolde –... Lire la suite (5 décembre)
  • « Twitter et les gaz lacrymogènes », Zeynep Tufekci
    Le monde, depuis les printemps arabes, connaît des secousses systémiques, de démolition de ce monde inégalitaire et corrompu. Partout les populations se sont mises en mouvement pour plus de justice... Lire la suite (1er décembre)
  • « La température de l’eau », George Axelrod
    George Axelrod (1922-2003), scénariste connu – notamment de « 7 ans de réflexion » avec Marilyn Monroe – s’était lancé, en 1971 avec « La température de l’eau » dans la satire de Hollywood, de ses acteurs... Lire la suite (30 novembre)
  • « Le jardin », Hye-Young Pyun
    Un accident de voiture. Qui est responsable ? Le conducteur ? Sa passagère, en même temps que son épouse ? Le hasard d’une route mouillée par la pluie ? La voiture dévale le bas côté et finit dans le... Lire la suite (30 novembre)
  • « Allez tous vous faire foutre », Aidan Truhen
    Un titre pareil devrait faire vendre : « Allez tous vous faire foutre », un impératif qu’il faut prendre, si l’on en croit le contenu, au propre et au figuré. Le narrateur est un dealer de coke à la... Lire la suite (29 novembre)