Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 septembre au Théâtre de Belleville

« Une vie de Gérard en Occident »

Dans la salle des fêtes de Saint-Jean-des-Oies en Vendée, Gérard attend la visite de Marianne, une députée qui veut rencontrer « des vrais gens ». En l’attendant Gérard parle de sa vie, de sa commune, du bistrot du village, de sa rencontre avec sa femme, de son travail à l’usine et de sa fille qui a épousé une femme. Il nous embarque de l’hôtel de ses parents à l’usine et c’est tout notre pays qui défile, des années 70 à nos jours, sous le regard d’un de ces « hommes d’en bas » qui mêlerait le regard de sociologue de Bourdieu parlant de La misère du monde à la verve d’un Coluche.

Théâtre : une vie de Gérard en Occident

François Beaune a collecté des récits en Vendée et a écrit ce qui fut d’abord un roman faisant la part belle à un homme de cinquante ans, Bernard. Il a glissé ce texte au comédien Gérard Potier, avec qui il avait sympathisé. Or celui-ci est aussi vendéen et c’est un conteur né. Il s’est glissé dans la peau de Bernard et a épousé son sens de l’humour, sa gouaille et son plaisir de parler.

Nous voici donc face à Gérard qui apporte chips et cubitainer pour accueillir la députée et en attendant se raconte. Il parle de l’enracinement de ces Vendéens pour qui « partir à 2 kilomètres, c’est l’aventure et aller jusqu’à La Rochelle, c’est carrément le Mexique », de la dureté du travail dans les abattoirs où il est embauché comme ouvrier. Bien sûr il invente un peu mais c’est tellement drôle, plein de vie, d’autodérision que l’on se laisse embarquer dans son monde. Quelques gobelets qu’il déplace et l’on comprend tout de l’actionnariat ouvrier et de la politique des entreprises du coin. Il se demande si la députée pourra comprendre tout cela : l’argent qui manque, les ouvriers qui, à chaque licenciement collectif espèrent être de ceux qui seront épargnés. Il y a aussi l’amour et la nostalgie de L’été indien de Joe Dassin que le public chantonne avec lui. Il y a même la mort. Toute une vie qui défile évoquée avec délicatesse entre rires, tendresse et émotions. Bravo Gérard !

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h30, le dimanche à 17h

Théâtre de Belleville

16 Passage Piver, 75011 Paris

Réservations : 01 48 06 72 34

www.theatredebelleville.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)