Actualité théâtrale

Athénée Théâtre Louis-Jouvet, jusqu’au 9 avril

"Une visite inopportune" Texte de Copi, mise en scène Philippe Calvario

"Une visite inopportune" est la dernière pièce de Copi. Il mourut du sida en 1987, alors qu’il était en pleine répétition.
Cyrille, homosexuel mondain, comédien tout à la fois grandiose et raté, mais également menteur et joueur, est atteint du sida. Les dernières syncopes et un coma récent ne font pas de doute sur sa mort prochaine. Mais sans doute le cabot pathétique s’est-il promis de vivre ses derniers moments comme un grand rôle de théâtre.

© Pascal Deboffle

Entouré de son ami dévoué, Hubert Dubonnet, d’un énigmatique jeune journaliste, d’une diva excentrique et des membres de l’équipe médicale, il transforme une maladie "honteuse" et stigmatisée en apothéose de théâtre entre divagations lyriques et caprices de star adulée.
"Une visite inopportune" est une pièce drôle, décapante, insolente. Des personnages hauts en couleurs, un jeu de répliques soutenu, dictent peut-être la mise en scène qu’il faut éviter, celle qui engendrerait le rire seul, sans débusquer derrière le texte tout ce qu’il contient de grinçant, de pathétique et de grave.
Il se pourrait que Philippe Calvario soit tombé dans le panneau, car si sa mise en scène amuse beaucoup, si la direction d’acteurs est débridée pour entraîner les personnages dans la seule démesure, pas grand-chose ne transparaît de ce que le texte comporte de grinçant, de pathétique. Et les comédiens, Michel Fau en tête, ont tous pris leur partition au premier degré. Et les agitations qui animent pendant une heure vingt le plateau semblent tourner à vide et vider la pièce de la charge de son propos.
Derrière les effets et les agitations sur le plateau, on ne décèle pas le faux semblant et les masques, et on constate qu’un dosage dans la mise en scène fait ici défaut.
Ce qu’on voit sur le plateau du Théâtre de l’Athénée semble n’être qu’une comédie débridée qui déleste les répliques percutantes de tout leur arrière-plan cruel.
Et le public, complice de l’erreur de traitement, n’applaudit à tout rompre à la fin de la représentation qu’une comédie de boulevard sur un sujet douloureux.
Francis Dubois

Théâtre de l’Athénée
Square Opéra Louis Jouvet
75009 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 53 05 19 19

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)