Actualité théâtrale

Athénée Théâtre Louis-Jouvet, jusqu’au 9 avril

"Une visite inopportune" Texte de Copi, mise en scène Philippe Calvario

"Une visite inopportune" est la dernière pièce de Copi. Il mourut du sida en 1987, alors qu’il était en pleine répétition.
Cyrille, homosexuel mondain, comédien tout à la fois grandiose et raté, mais également menteur et joueur, est atteint du sida. Les dernières syncopes et un coma récent ne font pas de doute sur sa mort prochaine. Mais sans doute le cabot pathétique s’est-il promis de vivre ses derniers moments comme un grand rôle de théâtre.

© Pascal Deboffle

Entouré de son ami dévoué, Hubert Dubonnet, d’un énigmatique jeune journaliste, d’une diva excentrique et des membres de l’équipe médicale, il transforme une maladie "honteuse" et stigmatisée en apothéose de théâtre entre divagations lyriques et caprices de star adulée.
"Une visite inopportune" est une pièce drôle, décapante, insolente. Des personnages hauts en couleurs, un jeu de répliques soutenu, dictent peut-être la mise en scène qu’il faut éviter, celle qui engendrerait le rire seul, sans débusquer derrière le texte tout ce qu’il contient de grinçant, de pathétique et de grave.
Il se pourrait que Philippe Calvario soit tombé dans le panneau, car si sa mise en scène amuse beaucoup, si la direction d’acteurs est débridée pour entraîner les personnages dans la seule démesure, pas grand-chose ne transparaît de ce que le texte comporte de grinçant, de pathétique. Et les comédiens, Michel Fau en tête, ont tous pris leur partition au premier degré. Et les agitations qui animent pendant une heure vingt le plateau semblent tourner à vide et vider la pièce de la charge de son propos.
Derrière les effets et les agitations sur le plateau, on ne décèle pas le faux semblant et les masques, et on constate qu’un dosage dans la mise en scène fait ici défaut.
Ce qu’on voit sur le plateau du Théâtre de l’Athénée semble n’être qu’une comédie débridée qui déleste les répliques percutantes de tout leur arrière-plan cruel.
Et le public, complice de l’erreur de traitement, n’applaudit à tout rompre à la fin de la représentation qu’une comédie de boulevard sur un sujet douloureux.
Francis Dubois

Théâtre de l’Athénée
Square Opéra Louis Jouvet
75009 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 53 05 19 19

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)