Actualité théâtrale

Jusqu’au 21 octobre au Monfort

« Unwanted » En tournée ensuite

L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes utilisé lors des conflits comme arme de destruction, elle est allée au Rwanda, dans le cadre de l’association de Godeliève Mukasarasi, rencontrer des femmes victimes de viols et les enfants qui en sont nés. Ce qu’elles disent c’est l’horreur de ces viols massifs, parfois jusqu’à la mort, qui se font aux yeux de tous, l’absence de pitié des violeurs qui n’épargnent ni les petites filles ni les vieilles femmes et qui se réjouissent de planter dans leur ventre un enfant mais aussi le sida et enfin la douleur face à la réaction de leur famille qui déversait sur elles une haine liée au fait qu’elles portaient un enfant de bourreau.

Théâtre : Unwanted

De ces paroles qu’elle a collectées, Dorothée Munyaneza a fait la matière de cette œuvre. Au micro, elle dit le génocide, les paroles des femmes, de celles auxquelles leur famille dit « Tue cet enfant, tu vas allaiter une hyène ». Puis les mots deviennent musique avec l’aide du compositeur Alain Mahé et chant avec la voix rauque et profonde de l’Américaine Holland Andrews. L’environnement sonore - conversations lointaines en langues du Rwanda, cris, bruits stridents, coups frappés sur la pierre ou avec des bâtons - crée une ambiance où la peur alterne avec la violence. Au sol deux pilons dont l’un est renversé comme celui d’une femme surprise dans ses tâches quotidiennes et sur qui la violence s’est brutalement abattue. Au centre de la scène, œuvre du plasticien Bruce Clarke, un pilier de tôle ondulée porte l’image d’une figure féminine ni blanche ni noire, ni européenne ni orientale, qui renvoie à toutes ces femmes fracassées par la violence barbare des hommes en guerre. Et sur cette scène, accompagnée par le chant et la musique qui se font bruits stridents ou violents, plaintes ou cris, Dorothée Munyaneza danse, une danse qui renvoie aux corps traumatisés où le souvenir du crime s’est imprimé mais aussi au combat, à la lutte de ces femmes pour continuer à vivre et dire qu’elles sont encore là. Et c’est très beau !

Micheline Rousselet

Le 24 novembre au Théâtre du Fil de l’eau à Pantin ; du 28 novembre au 1er décembre au Centquatre à Paris

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)
  • « À l’abordage »
    Sasha troublée par la beauté d’un jeune homme Ayden arrive avec son amie Carlie dans la communauté où il habite avec un maître à penser charismatique, Kinbote, secondé par sa sœur, Théodora. Kinbote... Lire la suite (18 septembre)
  • « Contes et légendes »
    L’intelligence artificielle est au cœur des recherches scientifiques d’aujourd’hui. Simples remplaçants des hommes pour des tâches répétitives ou dangereuses au départ, on ferait bien aujourd’hui des... Lire la suite (17 septembre)
  • « Où est mon chandail islandais ? »
    Knutte est revenu au village pour l’enterrement de son père. Il n’est pas venu les mains vides, mais les poches pleines de bière, sans compter celles qu’il pourra trouver, ainsi que quelques... Lire la suite (17 septembre)