Actualité théâtrale

Jusqu’au 21 octobre au Monfort

« Unwanted » En tournée ensuite

L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes utilisé lors des conflits comme arme de destruction, elle est allée au Rwanda, dans le cadre de l’association de Godeliève Mukasarasi, rencontrer des femmes victimes de viols et les enfants qui en sont nés. Ce qu’elles disent c’est l’horreur de ces viols massifs, parfois jusqu’à la mort, qui se font aux yeux de tous, l’absence de pitié des violeurs qui n’épargnent ni les petites filles ni les vieilles femmes et qui se réjouissent de planter dans leur ventre un enfant mais aussi le sida et enfin la douleur face à la réaction de leur famille qui déversait sur elles une haine liée au fait qu’elles portaient un enfant de bourreau.

Théâtre : Unwanted

De ces paroles qu’elle a collectées, Dorothée Munyaneza a fait la matière de cette œuvre. Au micro, elle dit le génocide, les paroles des femmes, de celles auxquelles leur famille dit « Tue cet enfant, tu vas allaiter une hyène ». Puis les mots deviennent musique avec l’aide du compositeur Alain Mahé et chant avec la voix rauque et profonde de l’Américaine Holland Andrews. L’environnement sonore - conversations lointaines en langues du Rwanda, cris, bruits stridents, coups frappés sur la pierre ou avec des bâtons - crée une ambiance où la peur alterne avec la violence. Au sol deux pilons dont l’un est renversé comme celui d’une femme surprise dans ses tâches quotidiennes et sur qui la violence s’est brutalement abattue. Au centre de la scène, œuvre du plasticien Bruce Clarke, un pilier de tôle ondulée porte l’image d’une figure féminine ni blanche ni noire, ni européenne ni orientale, qui renvoie à toutes ces femmes fracassées par la violence barbare des hommes en guerre. Et sur cette scène, accompagnée par le chant et la musique qui se font bruits stridents ou violents, plaintes ou cris, Dorothée Munyaneza danse, une danse qui renvoie aux corps traumatisés où le souvenir du crime s’est imprimé mais aussi au combat, à la lutte de ces femmes pour continuer à vivre et dire qu’elles sont encore là. Et c’est très beau !

Micheline Rousselet

Le 24 novembre au Théâtre du Fil de l’eau à Pantin ; du 28 novembre au 1er décembre au Centquatre à Paris

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le cirque invisible »
    Depuis 2007 le cirque invisible revient régulièrement à Paris et on ne se lasse pas de ce spectacle à nul autre pareil. Ils reviennent tous les deux avec leur univers magique et poétique. Elle,... Lire la suite (7 mars)
  • La mégère apprivoisée
    « La mégère apprivoisée » est prolongée au Théâtre Artistic en raison du succès. Delphine Depardieu reprend le rôle de Catarina du 12 mars au 12 avril, puis elle jouera en alternance avec Sarah Biasini qui... Lire la suite (7 mars)
  • « Je ne vous aime pas »
    Deux femmes face à face : une actrice, très parisienne, venue jouer dans une ville de province et la programmatrice qui la reçoit. En fait de théâtre, c’est une salle polyvalente que lui fait visiter... Lire la suite (6 mars)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit », avec un formidable Franck Desmedt, est repris au Lucernaire du 4 mars au 26 avril, du mardi au samedi à 20h, dimanche à 17h Théâtre du Lucernaire 53 rue Notre Dame des... Lire la suite (6 mars)
  • « Kadoc »
    Représenter dans ses pièces le monde du travail et de l’entreprise, Rémi de Vos en est coutumier. Il n’est pas question pour lui d’en faire une étude sociologique, mais d’utiliser la vis comica qui... Lire la suite (5 mars)