Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 mai au Théâtre Michel

« Vagabonds des mers » Le cirque des mirages

1784, un jeune capitaine s’apprête à prendre la mer dans le port de New Gates. Les préparatifs sont enfin achevés, il va dire adieu à une femme, se perd, entend la voix d’un vieux matelot qui le met en garde et, le lendemain, prend la mer. Dès le début, la musique qui sort d’un piano, la brume, une ombre puissante qui apparaît dans l’obscurité, tout est en place et l’aventure va commencer, une aventure où se mêlent le fantastique, la peur et le merveilleux.
Vagabonds des mers est interprété par deux conteurs-poètes. L’un, Yanowski, utilise la magie de sa parole et de son chant pour faire vivre ce texte poétique qu’il a écrit. Sa voix, son corps, ses gestes amples, son jeu très expressionniste parlent à l’imaginaire du spectateur qui se retrouve projeté dans les légendes de marins qui ont bercé son enfance, qui revit les tempêtes, les ports inconnus, les bars à marins et les mystères des ruelles des ports. L’autre, Fred Parker, joue du piano. Il caresse le texte ou l’interpelle, s’immisce dans l’action et ajoute une touche de mystère inquiétant à ce voyage. Les lumières, les bruits, l’utilisation de noms exotiques, tout nous entraîne dans un monde étrange, à la frontière du réel et de l’imaginaire.
On pense à Mac Orlan et on se laisse emporter dans ce voyage fantastique où, entre musique, poésie et théâtre, on entre dans le rêve et le mystère avec un très grand bonheur.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h
Théâtre Michel
38 rue des Mathurins, 75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 65 35 02

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)