Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 mai au Théâtre Michel

« Vagabonds des mers » Le cirque des mirages

1784, un jeune capitaine s’apprête à prendre la mer dans le port de New Gates. Les préparatifs sont enfin achevés, il va dire adieu à une femme, se perd, entend la voix d’un vieux matelot qui le met en garde et, le lendemain, prend la mer. Dès le début, la musique qui sort d’un piano, la brume, une ombre puissante qui apparaît dans l’obscurité, tout est en place et l’aventure va commencer, une aventure où se mêlent le fantastique, la peur et le merveilleux.
Vagabonds des mers est interprété par deux conteurs-poètes. L’un, Yanowski, utilise la magie de sa parole et de son chant pour faire vivre ce texte poétique qu’il a écrit. Sa voix, son corps, ses gestes amples, son jeu très expressionniste parlent à l’imaginaire du spectateur qui se retrouve projeté dans les légendes de marins qui ont bercé son enfance, qui revit les tempêtes, les ports inconnus, les bars à marins et les mystères des ruelles des ports. L’autre, Fred Parker, joue du piano. Il caresse le texte ou l’interpelle, s’immisce dans l’action et ajoute une touche de mystère inquiétant à ce voyage. Les lumières, les bruits, l’utilisation de noms exotiques, tout nous entraîne dans un monde étrange, à la frontière du réel et de l’imaginaire.
On pense à Mac Orlan et on se laisse emporter dans ce voyage fantastique où, entre musique, poésie et théâtre, on entre dans le rêve et le mystère avec un très grand bonheur.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h
Théâtre Michel
38 rue des Mathurins, 75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 65 35 02

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)