Actualité théâtrale

Jusqu’au 31 mai au Théâtre Michel

« Vagabonds des mers » Le cirque des mirages

1784, un jeune capitaine s’apprête à prendre la mer dans le port de New Gates. Les préparatifs sont enfin achevés, il va dire adieu à une femme, se perd, entend la voix d’un vieux matelot qui le met en garde et, le lendemain, prend la mer. Dès le début, la musique qui sort d’un piano, la brume, une ombre puissante qui apparaît dans l’obscurité, tout est en place et l’aventure va commencer, une aventure où se mêlent le fantastique, la peur et le merveilleux.
Vagabonds des mers est interprété par deux conteurs-poètes. L’un, Yanowski, utilise la magie de sa parole et de son chant pour faire vivre ce texte poétique qu’il a écrit. Sa voix, son corps, ses gestes amples, son jeu très expressionniste parlent à l’imaginaire du spectateur qui se retrouve projeté dans les légendes de marins qui ont bercé son enfance, qui revit les tempêtes, les ports inconnus, les bars à marins et les mystères des ruelles des ports. L’autre, Fred Parker, joue du piano. Il caresse le texte ou l’interpelle, s’immisce dans l’action et ajoute une touche de mystère inquiétant à ce voyage. Les lumières, les bruits, l’utilisation de noms exotiques, tout nous entraîne dans un monde étrange, à la frontière du réel et de l’imaginaire.
On pense à Mac Orlan et on se laisse emporter dans ce voyage fantastique où, entre musique, poésie et théâtre, on entre dans le rêve et le mystère avec un très grand bonheur.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h
Théâtre Michel
38 rue des Mathurins, 75 008 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 65 35 02

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)