Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascal Thomas (France)

"Valentin Valentin" Sortie en salles le 7 janvier 2015.

Les beaux yeux bleus de Valentin en font se pâmer plus d’une.

Élodie, celle du cinquième et ses deux colocataires : Noor, une artiste peintre, chanteuse à l’occasion et Florence déjà cynique, qui cherche par tous les moyens à gagner l’argent qui lui permettra de payer sa part du loyer.

De la dévoreuse Claudia jusqu’à la pulpeuse Antonia, il n’a que l’embarras du choix .Mais Valentin est un jeune homme mélancolique qui n’a d’yeux que pour l’énigmatique "Lys Tigré" qui habite l’immeuble d’en face.

Il se contente de porter un regard poli sur le petit monde hétéroclite qui gravite autour de lui et de porter aux autres, une attention nonchalante.

Cinéma : "Valentin Valentin"

Parmi les autres habitants de l’immeuble, il y a Jane, la soixantaine fatiguée qui trouve remède à ses maux (solitude, déception) par une consommation excessive d’alcools forts.

Roger, jardinier du parc voisin, amateur de petites filles, l’époux d’Antonia, une "belle plante" qui fait des heures de ménage chez Valentin.

Rose une thérapeute baba-cool qui effraie son amoureux Marius, qui ne demande qu’à se désinhiber, par un trop plein de sensualité.

Dans l’immeuble en face vit la famille chinoise de "Lys tigré" et Sergio qui passe le plus clair de son temps, à observer, debout devant la fenêtre

Qui, entre toutes ces personnes ou leurs proches, aurait eu assez de raisons d’en vouloir à Valentin pour qu’on le retrouve un jour assassiné, sous un petit pont du voisinage ?

Freddy, le mari jaloux de la belle Claudia ? Roger qui, à travers les branchages du parc a pour habitude de filmer les petites filles des cours de gymnastique, Élodie l’amoureuse délaissée ou Romain, son amoureux trahi ?

Pascal Thomas ne fait pas de l’enquête policière le motif central de son récit.

Pour lui, l’important est ailleurs. Il est dans la galerie des portraits savoureux qui composent ce petit monde haut en couleurs, ses habitudes, ses allées et venues, la nature des rapports que chacun entretient avec l’autre.

En limitant son récit au périmètre restreint de l’immeuble et des abords immédiats, le metteur en scène réinvente un genre cinématographique qui fit le bonheur du public dans les années 50-60 : la description minutieuse d’individus dans une sorte de vase clos, concernés ensemble par une énigme, policière ou autre.

Pascal Thomas qui s’est entouré d’une pléiade d’acteurs magnifiques redonne aux "seconds rôles", leurs lettres de noblesse. Ici, François Morel, Chistine Citti, Isabelle Candelier, Christian Morin Louis-Do de Lencquesaing ou Christian Vadim prennent la relève de leurs ancêtres de comédie qu’étaient Julien Carette, Noël Roquevert, Georgette Anys ou Gabrielle Fontan…

Et tant pis si la résolution de l’intrigue passe au second plan.

On savoure l’agréable compagnie de tout ce petit monde pris dans le tourbillon des aléas de la vie, le rythme du récit, la belle photographie et si l’on veut se passionner pour le dénouement inattendu de l’intrigue, on peut le faire…

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)
  • « Trois étés »
    Chaque année, Edgar et Marta qui appartiennent à la classe de la finance du Brésil organisent une grande fête dans la luxueuse résidence d’été qu’ils possèdent près de Rio de Janeiro. La réception est... Lire la suite (9 mars)
  • « La bonne épouse »
    Paulette Van Der Beck est la directrice d’une institution pour jeunes filles dont l’enseignement se résume à faire d’elles de futures parfaites épouses et maîtresses de maison. Ce genre d’établissement... Lire la suite (9 mars)