Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Quand le livre fait le beau.

Venise, ville-monde représentée par Canaletto. Catalogue de l’exposition au Musée Maillol Paris

« Canaletto à Venise » est à la fois une exposition « présentée sous le haut patronage de la ville de Venise », visible jusqu’au 10 février 2013 au Musée Maillol et un livre, sous la direction de Annalisa Scarpa, commissaire de l’exposition.

Ce livre est le catalogue de cette exposition, grande première par son importance et sa pertinence. Les 50 œuvres du peintre vénitien, adulé de son vivant comme aujourd’hui – ses œuvres sont toujours cotées sur le marché de l’art –, comme les dessins extraits de son carnet pour indiquer sa méthode de travail sont présentés pour la première fois. Ils sont commentés de manière à faire comprendre la place de Giovanni Antonio Canal – avec un nom pareil il ne pouvait être que de Venise ! – (1697 – 1768) et ses créations. Les auteur(e)s mettent en regard les plans de Venise de l’époque pour indiquer la part de rêve des « vedute » du peintre.

Mais ce livre est plus qu’un catalogue. Annalisa Scarpa, en un essai d’ouverture, démontre comment Canaletto a conquis la couleur et a exalté la lumière – une patte spécifique, un objectif difficile qui permet de reconnaître un peintre. Les auteur(e)s insistent sur la déconstruction de Venise de Canaletto pour qu’il constitue son propre monde, son propre masque de cette ville. Pour ce faire, L. Puppi reproduit des cartes de l’époque, des vues de Venise. Une confrontation qui fait la démonstration de la créativité du peintre. Alain Tapié parlera d’une « quête de l’illusion ».

Pour la notoriété de Canaletto, le marchand d’art anglais et collectionneur Joseph Smith – quoi de plus Anglais que ce nom là ? – jouera un très grand rôle. Irina Artemieva propose ici un « regard russe sur les œuvres, les « vedute », du peintre.

Au total, une exposition à voir et un livre à lire. Les deux se complètent.

Nicolas Béniès.

« Canaletto à Venise », Gallimard/Musée Maillol.

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Stoneburner », William Gray
    William Gray (1941-2012) est considéré, aux Etats-Unis comme le maître du « Southern Gothic », un genre qui mélange allègrement le noir avec des ingrédients tenant du grotesque ou du surréel venant en... Lire la suite (22 août)
  • Spécial James Lee Burke.
    Dave Robicheaux, flic de Louisiane, est le personnage clé de l’œuvre de James Lee Burke, son double plus sans doute que ses autres personnages. Robicheaux c’est la Nouvelle-Orléans, sa corruption,... Lire la suite (1er août)
  • « Derek Bailey », Jean-Marie Montera
    Le guitariste anglais Derek Bailey (1930-2005) a été un des pionniers de la branche nouvelle dite « Improvisation libre ». Son importance est telle que, dès 1966, il a changé la donne et brouiller les... Lire la suite (31 juillet)
  • « Dans la tête de Victor Orban »
    Illibéralisme un terme qui fait fureur pour décrire l’arrivée au pouvoir par la voie électorale de dictateurs au petit pied qui battent en brèche tous les droits démocratiques et installent un pouvoir... Lire la suite (31 juillet)
  • « Les soviets en Russie, 1905-1921 », Oskar Anweiler
    La révolution russe fait couler beaucoup d’encre. En oubliant les « soviets », bizarrement. Pourtant, ils représentent une forme nouvelle de démocratie. Ils dérangent et obligent à s’interroger sur les... Lire la suite (30 juillet)