Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Gabriel Mascaro (Brésil)

"Ventos de agosto" Sortie en salles le 26 août 2015.

Shirley a quitté la ville pour s’occuper de sa vieille grand-mère dans un petit village de la côte, dans le Nordeste au Brésil.

En plus de la porcherie dont elle s’occupe, elle conduit le tracteur à remorque qui transporte les récoltes de noix de coco.

Avec son copain Jeison qui explore les fonds marins pendant qu’elle se dore au soleil sur le pont de leur petite embarcation à leurs heures perdues, ils font une surprenante découverte qui va les amener, elle et lui, à un questionnement sur la vie, la mort, la mémoire du vent de la mer.

Jusque-là, Gabriel Mascaro n’avait réalisé que des documentaires.

S’il s’est intéressé ici au vent destructeur et plus précisément aux alizés du mois d’août, et s’il s’est fixé comme défi de créer des images de la force du vent, c’est parce qu’il avait été fortement marqué par deux documentaires de Joris Ivens, " Le mist ral " datant de 1965 et surtout par son dernier film " Une histoire de vent".

Si " Ventos de agosto " est une fiction, il est largement empreint de la veine documentaire. Mais ce penchant du film est si intimement lié au récit et à la vie des deux protagonistes présentée dans le cadre d’une chronique villageoise très libre dans sa construction, qu’il s’intègre harmonieusement à la narration et que les deux genres cinématographiques s’entremêlent, l’un déteignant sur l’autre et l’autre sur l’un.

Cinéma : ventos de agosto

Lorsque Gabriel Mascaro a découvert l’état de délabrement de certaines parties des côtes de Pernambuco dans le Nordeste du Brésil, détruites par la montée des eaux, il a entrepris des recherches pour découvrir qu’en trente ans, des plages paradisiaques avaient disparu ou avaient été saccagées par les intempéries, que des cimetières notamment, avaient été emportés par les vagues.

Si le récit s’attache à des personnages récurrents, ceux de Shirley, de Jeison et de la grand-mère essentiellement comme aux protagonistes d’une fiction, il n’entre pas dans leur psychologie.

Les personnages se révèlent à travers leurs activités quotidiennes, leurs passions, leur approche des autres. Ils existent dans une nature contrastée, dans des séquences de leur vie qui le sont tout autant.

La ligne du récit imprécise, entre fiction et documentaire, est maintenue dans cette hésitation grâce

à la construction virtuose du film et à la singularité du "mouvement narratif" qui berce le récit.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)