Actualité théâtrale

A la Colline Théâtre national, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 26 octobre 2013.

"Vers Wanda", Un projet de Marie Rémond autour de Barbara Loden Création collective.

Barbara Loden fut la seconde épouse d’Elia Kazan. Elle joua dans certains de ses films entre autres "la fièvre dans le sang" . Elle devait être la partenaire de Marlon Brando dans l’adaptation de " L’arrangement" mais l’acteur indisponible fut remplacé par Kirk Douglas et c’est finalement Faye Duneway qui fut engagée à sa place.

Barbara Loden se lança alors dans la réalisation de son propre film. Elle écrivit " Wanda " à partir d’un fait divers qui l’avait marquée. Celui d’Alma Malone, une jeune femme paumée qui fit la rencontre d’un repris de justice qu’elle aida au braquage d’une banque. L’affaire tourna mal. L’homme fut abattu et Alma Malone qui écopa de vingt ans de prison eut après le verdict cette phrase : " Je suis heureuse que tout soit fini" .

"Vers Wanda" qu’on peut voir sur le petit plateau de "La Colline" jusqu’au 26 octobre, ébauche à la fois l’histoire d’Alma Malone au moment de sa rencontre avec l’homme sans scrupules qui se servit d’elle, celle de Barbara Loden au moment où elle apprend de la bouche de son partenaire (et non pas d’Elia Kazan) qu’elle ne sera pas de la distribution de " L’arrangement" , celle de l’histoire de son film " Wanda" qu’elle eut du mal à monter, qu’elle tourna en 1970 et qui obtint le Prix de la Critique au Festival de Venise en 1971.

La multiplication des strates du récit fait que chacun des épisodes entrecroisés est à peine ébauché. Du coup, les personnages d’Alma Malone et de Barbara Loden, trop peu dessinés se voient réduits à des silhouettes. Les scènes où elles apparaissent sont des moments clés de leurs histoires respectives mais qui, privés de leur dimension pathétique, manquent cruellement d’émotion.

Et cela, malgré la bonne idée de faire interpréter l’une et l’autre par la même comédienne, Marie Rémond, qui est également la conceptrice du projet.

L’absence totale de scrupules du repris de justice, son machisme, sont assez proches du comportement lâche d’Elia Kazan vis-à-vis de Barbara Loden (quand celle-ci, s’étonnant de ne pas avoir été convoquée pour les essayages des costumes, le courage manqua à Elia Kazan pour lui annoncer qu’elle n’aurait finalement pas le rôle).

Mais pourquoi les scènes entre Barbara Loden et Elia Kazan qui devraient être dramatiques sont tournées en comédie, pourquoi le comédien qui interprète le metteur en scène adopte-t-il

un ton léger et des mimiques appuyées qui prêtent à rire ?

C’était sans doute une bonne idée que de traiter en parallèle l’histoire de la comédienne celle d’Alma Malone et celle de "Wanda", mais il aurait fallu une unité de ton et plus de maîtrise dans la dramaturgie pour rendre pathétiques ces deux destins de femmes.

Francis Dubois

La Colline Théâtre national 15 rue Malte Brun Paris cedex 20

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 62 52 52

www.colline.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)