Actualité théâtrale

Jusqu’au 2 novembre au Grand Parquet

« Victoire, la fille du soldat inconnu »

Naître à Paris le jour de la mort de son père à Verdun, le 14 juillet 1916, et être prénommée Victoire à la demande d’une grand-mère bigote, plutôt réactionnaire et patriote, c’est un pied de nez à l’histoire. Mais avoir une maman suffragette, qui vous appelle Chourinette et vous apprend à être libre et en outre, une nounou concierge libertaire, cela vous prédispose à refuser d’imaginer Jeanne d’Arc raccommodant les chaussettes de Vercingétorix !
Théâtre : Victoire
Sylvie Gravagna, en douze tableaux et quelques chapeaux, nous conte avec beaucoup d’humour la grande marche toujours non terminée des femmes vers leur émancipation et l’égalité. Tantôt conteuse, faisant à l’occasion appel au public, tantôt chanteuse sur les chansons de Mireille et Jean Nohain plus quelques autres, elle nous fait traverser l’histoire, de la guerre de 1914 à Simone de Beauvoir, d’une société patriarcale, sexiste et coloniale à la société de consommation en passant par le Front Populaire. On peut regretter que Sylvie Gravagna n’ait pas davantage choisi d’orchestrer les morceaux qu’elle chante, mais ce n’est pas tous les jours que l’on peut s’offrir un manifeste féministe qui n’a rien d’un pensum. C’est enlevé, parfois caustique mais toujours juste, et souvent très drôle,

Micheline Rousselet

Jeudi, vendredi, samedi à 19h, le dimanche à 15h

Le Grand Parquet

35 rue d’Aubervilliers, 75018 Paris

Réservations : 01 40 05 01 50

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)
  • Des reprises
    La fin de l’homme rouge Reprise à L’Atalante, 10 place Charles Dullin, 75018 Paris du 3 janvier au 3 février Réservations 01 46 06 11 90 Deux parties : Le temps du désenchantement et Dix... Lire la suite (5 décembre)