Actualité théâtrale

La Commune Aubervilliers Centre National Dramatique, jusqu’au 29 janvier 2015.

"Viejo, Solo y Puto". Un spectacle de Sergio Boris Spectacle argentin en espagnol surtitré.

Dans un quartier de la périphérie de Buenos Aires, dans l’arrière-salle d’une pharmacie, une fête dérisoire s’improvise.

Elle réunit cinq personnages à la dérive : deux frères qui tentent de maintenir en activité le commerce familial, un représentant médical et deux amies travesties en mal d’injections d’hormones.

Ils évoluent, à la recherche les uns des autres, entre frôlements de leurs corps offerts au désir et répulsion, dans un dédale de passages entre les étagères chargées de médicaments, sorte de labyrinthe oppressant.

D’entrée, le décor à la fois naturaliste et insolite, la musique et les déplacements incessants et désordonnés des personnages qui se cognent ou se caressent, donnent le ton de ce spectacle insolite qui prend tour à tour des airs de comédie inconfortable, d’une déambulation absurde chargée d’élans de désir pathétique, d’une tragédie non aboutie qui s’impose en filigrane et ne dit pas son nom.

Le spectacle est double. Il est peut-être multiple. Il se partage en ramifications qui se rejoignent toutes en une sorte de ligne unique qui serait le profond désarroi d’hommes dont la marginalisation affichée n’est qu’une facette d’eux-mêmes et qui se retrouvent confrontés à un malaise beaucoup plus universel, sorte de recherche obstinée et aveugle d’un meilleur urgent ou d’une "pire vivre" prochain inévitable.

Théâtre : Viejo, solo y puto

"Viejo, Solo y puto" opte pour la forme théâtrale hyperréaliste pour mieux surprendre dans leurs allées et venues réduites à un lieu clos et oppressant, Sandra, Julia, Daniel, Evaristo et Claudio.

Leurs présences agitées, leur humour acéré, leurs réactions électriques s’arriment au réel pour faire d’un quotidien ordinaire, œuvre de théâtre.

Cette incursion dans la noirceur décalée nous conduit au bout de la nuit avec une inquiétante et pénétrante curiosité.

Certains spectateurs rentreront de plain-pied dans cet univers oppressant et malsain, trouveront dans la partition précise de chacun des comédiens, dans les débordements pathétiques des personnages égarés dans leur décor familier, un moment de plaisir théâtral ; d’autres resteront à la marge, ne trouveront aucun intérêt à suivre les déambulations sans but d’êtres inconsistants et vacants …

Les applaudissements fournis à la fin de la représentation, les rappels donneraient à penser que la première catégorie de spectateurs est largement majoritaire.

" Viejo, Solo y puto " est en tous cas, un spectacle prenant, d’un ton inhabituel…

Francis Dubois

La Commune Centre dramatique national Aubervilliers 2, rue Edouard Poisson 93 300 Aubervilliers.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative 01 48 33 16 16

www.lacommune-aubervilliers.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)