Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Thomas Salvador (France)

"Vincent n’a pas d’écailles" Sortie en salles le 18 février 2015.

Vincent, la trentaine, est un doux rêveur solitaire qui exerce des petits métiers, de chantier en chantier.

Rien sur sa personne n’indique qu’il a un pouvoir extraordinaire, qu’il garde secret par discrétion : sa force et ses réflexes décuplent au contact de l’eau et trempé de pied en cape, il est capable de prouesses dignes d’un Superman.

Pour vivre pleinement ce don, il se fixe dans une région où lacs et rivières sont nombreux, assez isolée pour préserver sa tranquillité.

Lors d’une baignade, il croise Lucie dont il tombe vite amoureux.

Elle sera la seule, avec plus tard son collègue et ami Driss, à connaître son secret.

Cinéma : Vincent n'a pas d'écailles

Dès début du film, le récit est dans le présent. Aucune indication sur l’origine des capacités physiques de Vincent et le don dont est doté le personnage se laisse découvrir par petites touches progressives, comme si la pudeur du garçon allait le conduire à taire son secret jusqu’au spectateur.

Des plans très courts se succèdent. Quelquefois tronqués, ils semblent n’apporter que de faibles indications narratives.

Or c’est eux qui font découvrir la nature de Vincent, cette marginalité profonde dont il dépassera les limites dès sa rencontre avec Lucie.

Petit à petit, par ses comportements, sa gestuelle, ses regards, cette timidité qui contraste avec sa force potentielle, Vincent finit par donner au film une dimension burlesque qui fait penser à Buster Keaton. Plus tard on pourra lui trouver une vague parenté avec les personnages de Pierre Etaix, ou de plus loin avec celui de Jacques Tati.

Dans sa première partie, le film de Thomas Salvador (qui incarne lui-même Vincent) est presque contemplatif. Le personnage contient sa force et ce n’est qu’en solitaire qu’il se laisse emporter par des prouesses aquatiques.

Cependant, un événement sur un chantier va révéler son secret et, pour avoir lancé une bétonneuse sur une voiture, il va devenir un hors la loi poursuivi par la police à laquelle son pouvoir le fera échapper à chaque fois qu’il sera en contact avec de l’eau.

Du film contemplatif on passe au film poursuite. Le personnage franchit le pas et devient un héros invincible, celui qui, à la nage, traversera l’Atlantique vers une nouvelle vie où l’amour de Lucie trouvera certainement sa place….

Voilà un premier film très atypique dans le paysage du cinéma français. L’originalité du sujet, le traitement, la construction, le jeu des comédiens, les paysages, les scènes aquatiques en font une œuvre singulière, attachante, toute en surprises.

A voir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « The last family »
    . « The last family » est parti d’une histoire vraie, celle du peintre Zdzislaw Beksinski et de son entourage. Pendant de nombreuses années,l’artiste a filmé chaque jour sa propre intimité à... Lire la suite (15 janvier)
  • « La surface de réparation »
    Ancien joueur de foot qui a abandonné le terrain, Franck, un solide garçon pourtant dans la force de l’âge, est devenu homme « à tout faire » auprès d’Yves, l’entraîneur d’un club de province.... Lire la suite (14 janvier)
  • « Enquête au Paradis »
    Nedjma, journaliste dans un quotidien algérien a décidé de mener une enquête sur les représentations du « Paradis » véhiculées par la propagande islamiste, les prédicateurs salafistes du Maghreb et du... Lire la suite (14 janvier)
  • « L’enfant de Goa »
    Cette chronique du village de Boribrnol à Goa en Inde est vue à travers le regard de Santosh, un adolescent de seize ans qui vit seul avec sa grand mère dans la pauvreté et sous le joug d’un marchand... Lire la suite (13 janvier)
  • « Le rire de ma mère »
    Adrien, une jeune adolescent, n’a pas la vie facile depuis que son père et sa mère se sont séparés. Il se partage entre l’un et l’autre jusqu’au jour où il va prendre conscience de la douloureuse... Lire la suite (13 janvier)