Actualité théâtrale

Théâtre de la Tempête, jusqu’au 29 mai 2011

"Vineta la République des utopies" de Moritz Rinke mise en scène Lisa Wurmser

Selon la légende, Vineta était une île tellement prospère que les cloches de la ville étaient en argent et que les mères essuyaient le derrière de leurs enfants avec des brioches.
Mais les habitants riches et méprisants furent un jour punis de leur supériorité et la ville fut engloutie au plus profond de la mer baltique tout près de l’île de Usedom qui fut la base militaire secrète des nazis et servit de lieu de villégiature aux travailleurs méritants de l’Allemagne de l’Est.
C’est à Usedom que Moritz Rinke situe son récit qui lui fut inspiré d’un fait divers réel.
Dans une vieille demeure délabrée sont réunis, à l’initiative du docteur Leonhard, un Premier Capitaine de la Compagnie Lloyd, un prestigieux architecte berlinois, un ingénieur en bâtiment, le maire d’une ville voisine, un responsable du recrutement du personnel, un manager à poigne et une jeune secrétaire.
La société Delta SA leur a donné comme mission d’associer leurs talents pour créer sur l’île de Vineta, une ville parfaite qui permettrait à ses futurs habitants de vivre de façon idéale, les rêves dont on se voit privé partout ailleurs dans le monde.
D’entrée, le projet paraît louche. Il le deviendra de plus en plus à mesure qu’on aura une connaissance plus approfondie des personnages dont le comportement confus les amène à des conflits perpétuels, des rivalités, à des dissonances inquiétantes à propos d’un projet pharaonique. Et leurs empoignades font parfois penser aux jeux de rôles des enfants.
Mais tout est fait, à chaque fois, pour qu’on morde à l’hameçon de ce récit où la jeune secrétaire avenante est pianiste, où les têtes pensantes chantent l’opéra, et où le manager aux dents longues fait des entrechats.
Il faudra attendre la toute fin de la pièce pour connaître le fin mot de l’histoire.
Le texte de Moritz Rinke est délicieusement démesuré. Il offre aux comédiens des personnages décalés face à des situations déjantées et Lisa Wurmser saisit la balle au bond avec une mise en scène nerveuse et soutenue qui joue avec les ruptures de tons, les dérapages, les excentricités.
Le plaisir serait total si certains moments de la pièce un peu étirés, un peu longs ne donnaient soudain un impression de redite.
Mais il ne faut pas pour si peu bouder ce spectacle réussi et la rencontre avec des comédiens magnifiques comme le trop rare Michel Hermon, l’enchanteur Jean Lescot… Mais ils seraient tous à citer.
Francis Dubois

Théâtre de la Tempête
Cartoucherie Route du Champ-de-Manœuvre 75 012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36
www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Mademoiselle Molière »
    C’est dans l’intimité d’un couple célèbre, Molière et Madeleine Béjart que nous invite le dramaturge Gérard Savoisien. On est en 1661, le succès de Molière a été reconnu par le Roi et il est invité à jouer... Lire la suite (11 septembre)
  • « Et si on ne se mentait plus »
    C’est chez Lucien Guitry, au 26 place Vendôme, que se rencontraient, au tournant du XXème siècle pour déjeuner tous les jeudis, ceux qu’Alphonse Allais avait baptisés « les mousquetaires » et qui... Lire la suite (10 septembre)
  • « Pour le meilleur et pour le dire »
    Imaginons une femme hypersensible qui sort d’une histoire d’amour ratée avec un pervers narcissique et qui rencontre un homme vulnérable, amoureux fou d’elle mais qui n’arrive pas à lui confier ses... Lire la suite (6 septembre)
  • « Asphalt jungle »
    Deux hommes désœuvrés sortent de scène à tour de rôle pour frapper quelqu’un. On ne voit pas la victime, on entend juste les coups et les gémissements. Ils demandent ensuite au troisième, un de leurs... Lire la suite (4 septembre)
  • « Tendresse à quai »
    Une jeune femme en tenue de cadre est assise à une table sur un quai de gare. Elle lit un recueil de poèmes de Mallarmé. Un homme arrive et s’assied à une table voisine, l’observe, se dit qu’il a le... Lire la suite (3 septembre)