Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de David Moreau (France)

"Vingt ans d’écart" Sortie en salles le 10 mars 2012

Alice Lantins approche de la quarantaine. Elle pourrait prétendre au poste de rédactrice en chef du magazine "Rebelle". Elle en a les capacités, l’ambition mais ce qui fait hésiter les pouvoirs décisionnaires, c’est son image de femme coincée.

Son chemin va croiser celui de l’impétueux Balthazar, pas encore vingt ans et l’image terne qu’elle offrait à voir (c’est la première invraisemblance du film quand on connaît le rayonnement de Virginie Efira) se modifie, et plus encore le regard réservé que l’équipe de la revue portait sur elle.

Voyant qu’avec sa rencontre avec Balthazar, elle détient la clé de sa promotion professionnelle, elle va rentrer dans le jeu du jeune homme et feindre la comédie d’une improbable histoire d’amour, croyant ferme que vingt ans d’écart est la garantie que les choses ne s’éterniseront pas entre eux.

Dommage que le scénario ne soit pas suffisamment maîtrisé car David Moreau disposait avec le sujet et la participation des deux comédiens principaux, les moyens de réaliser une comédie savoureuse, à l’américaine.

Or, il faut que l’histoire patauge, que l’enchaînement des situations ne nous réserve que peu de surprises, que les articulations scénaristiques ne soient pas toujours à la hauteur, qu’au bout d’une heure de film, les personnages soient épuisés et qu’il n’y ait plus rien à en dire.

C’est encore sans compter avec les personnages-clichés, le directeur de collection précieux (Gilles Cohen aurait pu tirer meilleur parti de son personnage), le père de Balthazar déjanté auquel Charles Berling n’apporte aucune nuance.

Pourtant David Moreau disposait pour son film d’un atout de taille : le jeune comédien Pierre Niney (de la Comédie Française) remarqué dans " J’aime regarder les filles" en 2011 et dans "Comme des frères" d’Hugo Gelin en 2012.

Ce jeune homme pourvu d’une finesse, d’une élégance et d’un talent immense - dont on aura pu constater la fougueuse énergie à la Comédie française dans " Le chapeau de paille d’Italie" la saison dernière - ajoute à son charme et à son dynamisme les qualités dont faisaient preuve les grands américains à leurs débuts.

Il est fait pour jouer la comédie mais il faut lui donner du grain à moudre et surtout ne pas le laisser s’ennuyer à l’écran. Il a alors un air de chien battu qui fait peine à voir.

Il est possible qu’en dehors d’un scénario trop " plan-plan", Virginie Efira ne soit pas la comédienne qui convenait le mieux face à Pierre Niney. Elle a du charme mais peu de "caractère" et pas assez "battant" pour faire le poids.

Au stade où en est Pierre Niney, il lui faut être vigilant quant au choix de ses prochains rôles . Il n’est pas certain que le "Yves Saint-Laurent" qui sera mis en scène pas Jallil Lespert et dont il sera l’interprète soit un bon choix pour son début de carrière.

En attendant de connaître la suite, on peut toujours aller voir " Vingt ans d’écart" (pourquoi un tel titre ?). Le film connaît ici et là des moments plutôt inspirés et il est toujours intéressant d’assister aux débuts un comédien dont il ne fait aucun doute qu’il ira loin.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "Mon führer"
    En 1944-45, Hitler qui pressent la défaite contre les alliés traverse une période de dépression. Or, il faut absolument qu’il retrouve le plein de sa forme pour prononcer à Berlin le grand discours... Lire la suite (Mars 2008)
  • "Le voyage de Primo Levi"
    Lorsqu’il est libéré du camp d’Auschwitz en janvier 1945, Primo Levi décide de rejoindre l’Italie et la ville de Turin. Le voyage durera dix mois au cours desquels il devra traverser la Pologne,... Lire la suite (Mars 2008)
  • "La Maison jaune"
    Amor Hakkar a quitté les Aurès où il est né en 1958, à l’âge de six mois, pour aller vivre avec sa famille en France, à Besançon. En 2002, à l’occasion du décès de son père, il fait un retour en Algérie.... Lire la suite (Mars 2008)
  • "L’orphelinat"
    Présenté à la Semaine de la critique au dernier festival de Cannes et couronné du Grand Prix au festival de Gérardmer, "L’orphelinat" marque la persistance du cinéma fantastique espagnol. L’échine du... Lire la suite (Mars 2008)
  • "L’heure d’été"
    Voilà un beau film sur la famille, sur les rapports entre frères et sœurs, sur l’éclatement feutré de ce qu’on savait fragile mais qu’on tenait pour définitif. Un beau film léger dans sa forme, dans sa... Lire la suite (Mars 2008)