Actualité théâtrale

au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis (93), jusqu’au 15 avril 2012

"Violet"

Pour jouer les cinq adolescents de 15 ou 16 ans de "Violet", une courte pièce de Jon Fosse, la compagnie Trois-Six-Trente a fait le choix d’un spectacle de marionnettes.
Quand la lumière se fait, elles gisent au sol.
Lorsqu’elles se dressent, elles apparaissent bien plus grandes que nature et à côté d’elles, les sept manipulateurs paraissent minuscules.
Quatre garçons viennent de créer un groupe de Rock alors qu’ils sont de médiocres musiciens. A peine débutants, ne connaissant pas grand-chose à la musique, ils ont peu de chances de se retrouver un jour, ainsi qu’ils le souhaitent, sur une scène face à un public.
Ils se réunissent cependant pour répéter à chaque fin de journée, dans un sous-sol sinistre, sans grand enthousiasme, au point que le guitariste décide de décrocher.
Mais veut-il quitter le lieu des répétitions parce qu’il s’est lassé de jouer toujours le même morceau ou parce qu’il veut aller retrouver, dans un bar, la fille qui est peut-être bien la copine du batteur ?
Le prétexte de la pièce se réduit à peu de choses et à part le face à face brutal entre le batteur et le guitariste, peu d’évènements surviennent. Mais comme à chaque fois chez Jon Fosse, le dialogue minimaliste finit par produire une musique insidieuse, un léger envoûtement et finalement, une sorte de malaise.
Le choix de faire jouer les personnages par des marionnettes hyper réalistes manipulées et doublées par des comédiens, produit un décalage qui conduit à un déplacement du réel et jette un doute sur des situations et des échanges verbaux très ordinaires.
Mais plus encore, et cela tient-il, à la taille des marionnettes, aux visages à la fois expressifs et figés, aux dialogues répétitifs et naïfs, le spectacle fait penser à la bande dessinée et peut-être, plus précisément à un manga.
On ne sait d’où vient le charme de ce spectacle et comment il opère, comment il naît de situations aussi banales, mais très vite on en est saisi et quand le danger s’invite, quand l’hostilité s’installe entre les protagonistes, l’inquiétude est là.
"Violet" est un spectacle troublant, magnifiquement abouti, qu’il ne faudrait pas manquer.
Francis Dubois

Théâtre Gérard Philipe Centre Dramatique National de Saint-Denis
59 Boulevard Jules Guesde 93 207 Saint-Denis Cedex
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 13 70 00
www.theatregerardphilipe.com

A noter que ce spectacle participe du Festival "Vi(ll)es" du TGP, et que, simultanément, une autre pièce de Jon Fosse, "HIVER", mise en scène par Emilie Anna Maillet (Compagnie Ex Voto à la lune), est présentée jusqu’au 14 avril à l’Etoile du Nord
(mar, mer et ven à 20h30, jeu à 19h30 et sam à 17h et 19h30 – 16 rue Georgette Agutte – Paris 75018), où "entre réel et illusion.
Théâtre et magie nouvelle se rencontrent pour une poésie étrange, drôle et émouvante".
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 26 47 47
www.etoiledunord-theatre.com
P.L.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)