Éditos

Virages à droite dangereux

On connaissait Emmanuel Macron candidat, théorisant la fin du clivage droite/gauche, pour mieux privilégier le monde de l’argent face à celui de la justice sociale, mais là, le doute n’est plus permis.

Avec en ligne de mire les élections municipales et surtout la présidentielle de 2022, le président de la République n’a pas hésité à chasser sur les terres et les bancs de l’extrême droite, au nom d’un supposé réalisme consistant à « regarder en face » la question de l’immigration.

Il ne s’agit pas, dans le discours présidentiel, de passer à une politique européenne d’accueil des réfugiés digne de ce nom mais de durcir les règles du droit d’asile, de dénoncer les abus et de renforcer la sécurité.

Pour couronner le tout, Emmanuel Macron n’hésite pas à faire vibrer la corde populiste en affichant une compassion feinte pour le sort des classes populaires opposé à celui des bourgeois... Il entend ainsi probablement couper l’herbe sous le pied du Rassemblement national. Et, ce faisant, il renforce toujours davantage les clivages, en opposant les uns aux autres.

Ses piètres manœuvres électoralistes ne peuvent faire oublier la politique de son gouvernement : absence de mesures pour les salaires, pour le développement des services publics et pour lutter contre les inégalités.

S’il faut regarder quelque chose en face, c’est le délitement d’une société minée par les inégalités et non rechercher des boucs émissaires.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Plus jamais ça !
    Le suicide de notre collègue Christine Renon, directrice d’école, a provoqué une vive émotion chez tous les personnels de l’Éducation et déclenché de nombreuses réactions. L’opinion découvre que la... Lire la suite (5 octobre)
  • Reprendre la main
    L’été est la période du mercato, même dans l’Éducation nationale. Dans les académies, la nomination de sept nouveaux recteurs en plein cœur de l’été sonne comme une reprise en main dans la perspective... Lire la suite (26 août)
  • Idées fixes
    Les sénateurs de droite, confits dans leurs certitudes et leur animosité envers le service public, viennent de faire adopter deux amendements au projet de loi dite « de transformation de la Fonction... Lire la suite (29 juin)
  • Examen de conscience
    Le ministre de l’Éducation pratique-t-il la méthode Coué ? Interrogé dans plusieurs médias sur l’appel à la grève du 17 juin, premier jour des épreuves du bac, il répète en boucle que l’organisation des... Lire la suite (8 juin)
  • Chacun pour tous  !
    Éducation, Fonction publique, retraites… Toujours et partout, c’est la solution de l’individu renvoyé à ses choix personnels qui est privilégiée  ; ce sont les perspectives solidaires qui sont ignorées... Lire la suite (21 mai)