Actualité théâtrale

Vingtième Théâtre jusqu’au 25 novembre

"Vis ma vie" Texte d’Emmanuel Darley - Mise en scène Yves Chenevoy

Dans un avenir pas si lointain, un couple de « zurbains » assis dans un TGV qui les mènera de la capitale à la mer en trois heures, envie ceux qui vivent au vert et rêve d’un voyage dans l’autre univers, celui des ruraux. Ceux-ci, invisibles, ignorés et enfermés dans un autre monde sont les pygmées de ces temps futurs. Les premiers rêvent d’une vie plus saine, plus près de la nature, tandis que les seconds étouffent entre la télé et le café avec ses jeux de grattage.

Crédit : Didier Gauduchon

Emmanuel Darley a écrit sur ce thème dans un style vif et percutant une farce d’anticipation où se télescopent ville et campagne dans un avenir possible. La mise en scène d’Yves Chenevoy utilise habilement des panneaux, alternant une herbe d’un vert à faire rêver et des décors géométriques très design pour caractériser les deux univers. Elle accentue par les costumes et les éléments scéniques le côté un peu fou de la pièce, permet de dépasser certains lieux communs et de s’échapper vers un doux délire. La campagne est plus verte que verte, dans le train les zurbains n’ont même plus leur portable à la main, il est intégré dans leur costume futuriste, coloré et rigolo. Dommage toutefois que les changements de décor avec un jeu de cubes répétitif, ralentissent un peu trop le rythme de la pièce.

Claudie Arif et Brice Beaugier sont des zurbains « ravis » qui rêvent d’une campagne imaginaire, qui se lancent dans la traversée du miroir en frissonnant devant les dangers qui les attendent et qui découvriront autre chose en passant de l’autre côté. Malika Birouk campe une rurale révoltée, qui cherche à tout prix à quitter le monde où on l’a enfermée.

Et si cette fable n’était pas si futuriste ! Où est le bonheur, à la ville, à la campagne ou là où on n’est pas ? Comment dépasser les clichés sur l’autre, comment partager ? On en sort sans réponse, mais avec l’envie d’en discuter.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 15h. Relâche le lundi et le mardi.
Vingtième Théâtre
7 rue des Plâtrières, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 65 97 90

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)